Search Show Menu
Home Latest News Menu
Magazine

10 tracks pour (re)découvrir l’influence du label Micronautics sur la scène française

Le label français est revenu en force avec un remix acid-techno de Daft Punk

  • M.-C. Dapoigny • Photo : Emmanuelle Mafille
  • 20 September 2017

Figure de proue de la première génération de producteurs et activistes du mouvement rave en France, The Micronauts a.k.a Christophe Monier est un nom incontournable pour tous ceux qui s’intéressent de près ou de loin à la scène parisienne des années 90. Connu pour ses inspirations acid house et disco, The Micronauts perce sur la scène internationale dès le debut single ‘Get Funky Get Down’, sorti en 95 sur Phono. Un titre accompagné du tout premier remix acid-techno d’un duo local alors à peine connu nommé Daft Punk, qui leur demande la permission de remixer le morceau en soirée.

S’ensuit une ribambelle de remix de qualité pour The Chemical Brothers, OMD, Underworld et Madonna. Directeur du légendaire fanzine eDEN, ayant inspiré le film du même nom, Christophe Monier fonde le label Micronautics en 2004, où il sortira le fameux ‘High Rise’, un titre qui fera le tour des sets de DJs de renommée mondiale comme Sven Väth, Dave Clarke et Chris Liebling. Le label a plus tard accueilli de nombreuses sorties du duo garage Rituel, le projet de Christophe en collaboration avec Thomas Regnault.

Il y a quelques semaines, Micronautics a fait un comeback fracassant avec une réédition du premier remix de Daft Punk. Et la star de leur nouvelle sortie n’est autre que Rituel, qui revient avec le titre ‘Dream’ ft Carlton. Pour fêter le retour du label sur le devant de la scène, on a demandé à ses deux directeurs Christophe et Thomas de nous raconter leur histoire en 10 titres ayant scellé leur empreinte sur la scène française.

1. The Micronauts - 'Get Funky Get Down'

C’est mon premier morceau en tant que The Micronauts, un morceau d’acid house produit en 1994 avec le fameux synthé Roland Bassline TB-303. Il sort à l’époque sur le label londonien Phono, aujourd’hui disparu, qui a découvert Matthew Herbert, Morgan Geist, DJ Assassin ou encore Freaks (alias Luke Solomon & Justin Harris). Il vient de faire l’objet d’une réédition en vinyle et digital sur mon label, Micronautics. L’arrivée de l’acid house en Europe a été un choc qui m’a fait définitivement rentrer dans la musique électronique. Tout ce que j’aimais dans la musique s’y trouvait : l’urgence et la rage du rock, le groove et les basses de la soul, du funk et de la disco, l’expérimentation et l’abstraction de la musique contemporaine. En 1994 lorsque je produis ce morceau avec l’aide de George Issakidis, l’acid house est passé de mode depuis longtemps et la TB-303 est surexploitée dans des morceaux de techno-trance super linéaires et chiants, qui ne nous touchent pas beaucoup. Notre but est alors de rappeler qu’on peut l’utiliser autrement.

2. The Micronauts - 'Get Funky Get Down' (Daft Punk Remix)

Pour la fête de la musique 1994, Greg Gauthier (futur organisateur des soirées Cheers avec Sven Love — en ce moment au Badaboum), organise une rave dans un gymnase parisien. Parmi les DJs à l’affiche, les Daft Punk qui viennent tout juste de sortir leur premier maxi, « The New Wave » sur le label écossais Soma. Quant à moi j’y fais un live sous mon alias Nature, en invitant sur scène quelques potes, Patrick Vidal avec qui je fais le groupe Discotique, DJ Pascal R avec qui je fais Impulsion et George Issakidis. Pendant « Get Funky Get Down », un chateau d’enceintes sur le côté de la scène s’écroule sous la pression des infra-basses d’un synthé poussé à fond. Après le concert, on discute avec les Daft qui nous disent qu’ils ont particulièrement apprécié l’aspect visuel, quatre gars le regard fixé sur leurs machines qui hochent la tête en rythme, ainsi que le morceau acid, « Get Funky Get Down » donc. Eux aussi adorent la TB-303 et trouvent qu’elle est surexploitée de manière chiante. Je ne sais plus comment l’idée surgit pendant la conversation, en tout cas il décident de remixer le morceau. Ça sera leur tout premier remix. Il se trouve aussi sur la réédition qui vient de sortir sur Micronautics, accompagné de deux versions totalement inédites, un edit récent de l’original par J Dubs (alias Jamie Fry qui dirige Stablo Records et, avec Radio Slave, The Double R) et une version de l’époque, plus deep, que j’ai retrouvée sur une vieille cassette.

3 - The Micronauts - 'High Rise'

C’est le morceau qui inaugure mon label Micronautics, lancé en 2004. Un gros track techno à base de synthèse granulaire et de samples de Stravinsky saturés. Le disque marche très bien, mais ce n’est qu’après coup, en récupérant des playlists à droite à gauche (c’était avant les réseaux sociaux), que je m’aperçois qu’« High Rise » été littéralement matraqué par les plus grands DJs techno : Dave Clarke, Sven Väth, Chris Liebing, Secret Cinema, etc. On l’entendra aussi beaucoup sur BBC Radio 1, dans l’émission de John Peel notamment et une bonne dizaine de fois dans celle de Fergie.

4 - The Micronauts - 'Sweat'

Ce morceau possède de grosses basses qui tapent bien comme il faut, là où il faut. Une bonne raison pour appartenir à cette sélection. Les infra-basses sont l’essence de la house et de la techno. Malheureusement elles sont trop souvent rognées dans les lieux qui diffusent ces musiques.

5 - Impulsion - 'The Trip' (DJ Pierre Remix)

Impulsion était mon projet parallèle avec DJ Pascal R, actif pendant les années 90. On avait demandé à DJ Pierre de remixer ce titre lors de sa sortie sur le label anglais Independiente en 1999. Ce remix a ensuite fait l’objet d’une réédition sur Micronautics il y a 5 ans. Bien sûr, je suis depuis toujours un gros fan de Nathaniel P. Jones aka DJ Pierre. Il invente l’acid house dans les années 80 à Chicago avec son groupe Phuture. Puis il s’installe à New York au début des années 90, devient un des DA de Strictly Rhythm et produit une série de classiques en inventant un nouveau son, le wild pitch, qui aura une influence énorme sur l’évolution de la house.

6 - Impulsion - Higher (Kings Of Tomorrow Ghetto Mix)

Un autre remix d’un morceau d’Impulsion, cette fois par Kings Of Tomorrow, un grand groupe de garage new-yorkais qui a écrit de nombreux standards du genre : « Finally », « Set My Spirit Free », « Let It Go », « Ancestors », « Tear It Up »… Sorti originellement sur Small en 1998, il figure sur la même réédition que le précédent.

7 - Rituel - 'Single Minds'

C’est le premier morceau de Rituel, mon projet parallèle deep house avec Thomas Regnault. Groove hypnotique, production moderne, sample vocal exhumé de mes archives, en l’occurrence provenant de « Single Minded People » de Nicolette, un morceau rave de 1990 produit par Shut Up And Dance.

8 - Rituel - Club Zanzibar (Official Video)

« Club Zanzibar » est autant une référence à l’archipel tanzanien qu’à la discothèque éponyme, ouverte pendant les années 80 et située à Newark dans le New Jersey, où officiaient les DJs Tony Humphries, François Kevorkian ou Tee Scott. À l’instar du Paradise Garage à Manhattan, le Club Zanzibar est l’endroit où s’invente et se définit la scène garage, dans une version plus libre et sauvage. À l’origine de la vidéo se trouve une jolie histoire : nous sommes invités à mixer au Batofar lors du vernissage d’une exposition photo de Ruta Pu et Urte Janus, alias les Terrible Twins, deux jeunes artistes lithuaniennes installées à Londres. Nous faisons connaissance à cette occasion et tombons en admiration devant leur art, des autoportraits en costumes exubérants au milieu de décors sophistiqués. L’été suivant elles tournent la vidéo de « Club Zanzibar », en pleine nature et dans un hôtel abandonné, pendant un road trip à travers leur pays natal. Celle-ci raconte l’histoire universelle de la quête du lien social par la trance, au milieu des ruines d’une civilisation industrielle où la nature reprend peu à peu ses droits.

9 - Rituel - 'Nirvana Dance' (Official Video)

House et dubstep font groove commun et s’entrelacent pour habiller ce verset en sanscrit de la Bhagavad-Gita, la partie centrale du poème épique Mahâbhârata, traditionnellement chantée. « Nirvana Dance » a été repéré par Nihal, le DJ anglais roi de l’Asian beat, qui l’a joué dans son émission sur BBC Radio 1 et l’a placé en première place de son best of 2013. Le clip, aux qualités cinématographiques, a été tourné par Bruno Fontana au sein de la communauté indienne à Paris. Il raconte une histoire d’amour et symbolise la victoire de la spiritualité sur le matérialisme.

10 - Rituel Ft. Carlton - 'Dreams'

C’est le tout nouveau morceau de Rituel, qui sort le 22 septembre sur Micronautics. Il est chanté par Carlton, un pionnier du Bristol Sound qui a travaillé avec Massive Attack, Bomb The Bass et Smith & Mighty. Autant inspiré par New Order que par le « Your Love » de Frankie Knuckles et Jamie Principle, ce morceau mélange progressive house éthérée et synth-pop mélancolique. Laissons le mot de la fin à François Kevorkian lui-même : « it has good vocals and cohesive presentation for more lasting emotional impact, which is a quality I always appreciate (when I can find it at all). »

Rituel ft. Carlton 'Dreams' sort le 22 septembre via Micronautics.


Crédits :

Texte : M.C Dapoigny, Christophe Monier, Thomas Regnault
Photo : Emmanuelle Mafille

Load the next article...
Loading...
Loading...