Search Show Menu
Home Latest News Menu
Magazine

5 titres essentiels pour s'initier à la dub techno

Le sous-genre de la techno minimale, revu par le français Upwellings

  • Upwellings
  • 8 August 2017

Matière organique et texture minimaliste, la dub-techno est un style dénudé et épuré qui réinvente la techno minimale dans les années 90. Des basses profondes, agrémentées de composantes télescopées et délicates, privilégient une mélodie plus dense et atmosphérique.

Sombre et hypnotique, la dub-techno inspire Vincent Raude en 2008. Comme un courant abyssal, ce sous-genre musical invoque au musicien les eaux profondes : il choisit l’alias Upwellings, clin d'œil à ses inspirations.

De son Rennes d'origine, Upwellings explore depuis presque dix ans ce genre qui ne cesse de le fasciner. Plusieurs EPs à son actif, sur le label francais ZeECc notamment ainsi qu'une nouvelle sortie sur le triple EP de Dimensions Recordings, mais surtout un amour pour le live durant lequel le projet musical prend tout son sens.

Upwellings vit d'une passion. Une passion qu'il raconte. Ou comment il est tombé amoureux de la dub techno.

Découvrir la dub techno

« Musicien depuis longtemps, j'ai eu l’occasion de travailler dans de nombreux groupes et projets, du studio à la scène, m’illustrant dans des esthétiques aussi diverses et variées que le jazz, la drum'n'bass, le reggae, l’électro-acoustique ou encore la free music… J’ai aussi composé de nombreuses musiques pour la danse contemporaine ou le théâtre. Depuis le milieu des années 90, j'ai été très impliqué dans le reggae, produisant beaucoup en studio et en jouant dans des groupes live avec des chanteurs jamaïcains ou locaux. C’est là que j’ai découvert le dub, en particulier avec les albums de Prince Far I et aussi King Tubby et Scientist.

Dix ans plus tard, vers 2004, j'ai découvert l'album W/ The Artists de Rhythm & Sound. Ce fut une révélation, d'entendre cette fusion des musiques jamaïcaines et de la techno allemande des années 90. C’est d’ailleurs également par ce vecteur que j’ai découvert la techno. Ce fut en effet la porte d’entrée pour s’initier aux productions de Basic Channel, Maurizio, DeepChord, Echocord et tant d'autres. Plus tard Plastikman, M-nus, Perlon, Minibar, Telegraph, Sci + Tec, Dubfire deviendront aussi des influences majeures pour moi. C'était une véritable découverte : entendre ces productions si minimales avec de nouveaux espaces d’expérimentation, regorgeant d'échos, de reverbs et autres synthés ...

Les atouts du genre

Je pense que le dub a toujours été là, même lorsque je joue du jazz avec mon projet Energie Noire, j'utilise les techniques du dub. Pour moi aujourd'hui, le dub est plus une manière de jouer qu'un genre à proprement parler. À partir du moment où vous emmenez le studio sur scène, le défi est de jouer avec lui comme avec un véritable instrument, en temps réel (c'est aussi ce que je fais dans mon studio pour composer et produire les tracks du projet Upwellings). Comme King Tubby le faisait déjà dans les 70s, il suffit de « muter » un ou deux éléments d'un morceaux pour créer de nouveaux espaces et jouer avec ceux-ci. Il faut alors trouver un nouveau propos, re-questionner les formes. J'aime aussi vraiment l'idée d'intégrer des field-recordings dans ces nouveaux espaces, cela peut être un excellent moyen de définir de nouvelles formes et de créer des textures sonores originales.

L’idée est aussi de pouvoir renouveler les choses à chaque fois que je joue, d’où l’importance que j’accorde à l'improvisation en live et aussi en studio. Ce qui me semble le plus important aujourd’hui,c’est de continuer à explorer mon matériel dans les sessions studio et de jouer avec cela pour créer de nouveaux morceaux pour des labels tels que Tiefenrausch, Telrae ou Dimensions Recordings. Mais aussi pour apporter ces vibrations sur scène et essayer de raconter une nouvelle histoire à chaque fois que je joue live. Il me faut donc pour cela un live set flexible, et le courant dub-techno m'a donné cela. Je pense que ce n’est définitivement pas la même chose de jouer un live d’une heure lors d'un festival en plein air en été, comme le Dimensions en Croatie, que de jouer live deux heures dans un club à Berlin ou à Montréal en plein hiver, les vibrations sont différentes, les gens aussi, il faut donc pouvoir s’adapter et la dub-techno peut vraiment faire ça. On peut aisément imaginer des sets qui tendent vers l’ambient ou des choses très deep qui prennent le temps, mais on peut également entendre des productions plus "Housy" ou plus "Detroit techno" intégrant des éléments dub. La dub-techno est un espace ouvert, le dub est partout.

Rhythm & Sound with the Chosen Brothers - 'Mash Down Babylon'

Le retour de la légende BullWackie AKA Lloyd Barnes, producteur et créateur du label new-yorkais Wackies, ici au micro sur un instrumental créé par Moritz Von Oswald et Mark Ernestus, la fusion parfaite du reggae originel et du son made in Berlin

La version dub propose encore plus de profondeur…

Maurizio - 'M5 A Untitled'

Toujours Moritz Von Oswald et Mark Ernestus au contrôle, ici avec leur fameux duo fondateur du genre. On entre ici dans la dimension techno des années 90. Une production sans compromis, l’omniprésence du dub le plus subtil associé à une techno sombre et droite bien représentative du son de Berlin. Imparable !!

Deepchord - 'DC-11' side A (2001)

Rod Modell, principal représentant du style dub-techno de la scène américaine, ici au top de la production, un morceau très long comme il sait si bien le faire, un voyage à part entière. Il faut aussi tendre l’oreille vers ses derniers albums plus expérimentaux et ambient, mais toujours aussi « deep ».

Pole - 'Silberfish' (2000)

Stefen Betke est un producteur allemand bien connu pour son dub expérimental ayant autant fouillé du côté du jazz que du hip hop avec son label Scape au début des années 2000. Ces productions sont de haute facture et très identifiables, un travail exceptionnel sur le son et les textures.

Upwellings : « Soft Shadows » (2017)

Une track bien représentative de ce que je développe aujourd'hui, un univers assez sombre sublimé par l’exploration et la création de nouveaux espaces sur un fond techno bien affirmé. »

Retrouvez les sets dub techno d'Upwellings sur Mixcloud. Il jouera en live fin août en Croatie à Dimensions Festival.

Load the next article...
Loading...
Loading...