Search Show Menu
Home Latest News Menu
Magazine

Dans le studio de Lecomte de Brégeot

Le français partage ses pièces d’équipement favorites avec la vidéo d’une session live comme à la maison

  • Marie-Charlotte Dapoigny
  • 27 November 2017

Comme vous vous en rendrez compte en visionnant sa vidéo, le Lyonnais Yannick Lecomte alias Lecomte de Brégeot est un compositeur, DJ/producteur français accros aux machines. Formé sur le circuit des raves où il pose ses premières galettes, il s’est mis à la composition depuis quelques années et s’amourache des boîtes à rythmes et des synthétiseurs. Une passion qui transpire dans ses productions léchées, immédiatement soutenues par Sébastien Tellier et Todd Terje. Entre sonorités des années 80, electro, techno et new wave, ses live sets à la patte sonore très reconnaissable sont aussi dansants qu’hypnotisants.

En 2016 sort son premier EP ‘There Was A Day’, suivi de près par son single ‘Carry On’ en 2017, tous deux acclamés par la presse spécialisée et playlistés par les DJs internationaux. Son nouvel EP ‘Pretty Ashes’ sortira à la fin du mois : une nouvelle opportunité pour l'artiste de dévoiler ses sonorités éclectiques saupoudrées d’influences 80’s. L’occasion parfaite de vous donner un aperçu de son travail. Son amour pour le hardware faisant de lui un invité de choix pour notre série « Dans le studio », nous lui avons demandé d’enregistrer un live de 10 minutes en détaillant ses pièces d’équipement préférées.

SparkLE et AudioFuse :

Je suis pas chauvin mais j'aime bien la marque française Arturia.

Sur "Slash" comme dans la majeure partie de mes morceaux j'utilise pour mes drums le Spark LE c'est une bonne combinaison entre une interface hardware qui permet d'avoir sous la main toutes les fonctionnalités d'une bonne vieille boite à rythmes combiné avec un logiciel qui permet de traiter son mix, rajouter des effets et déplacer ses rythmiques en un clic!

Pour mes enregistrements j'ai choisi la carte son AudioFuze elle est compacte et facilement transportable sa qualité de restitution est top !

Roland Juno 106 :

Sûrement l'un de mes synthés préférés, je suis tombé dessus l'année dernière dans un shop d'occasion à Seoul et j'avoue avoir fait un gros caprice pour le ramener à lyon.

Quand il est arrivé avec les bagages son emballage était littéralement explosé et j'ai bien cru que je ne pourrai jamais m'en servir.

Ce synthé analogique à été produit en 1984 il à un grain vintage que j'aime beaucoup dans la vidéo on le retrouve sur des sections chords.

Moogerfooger MF102:

Une pédale très sympa qui permet de rajouter des harmoniques aux sources sur lesquelles on la branche, ici sur le Minilogue. J’adore utiliser son LFO qui va vraiment déstructurer la texture du son.

Nord Lead 4 :

Un synthé tout terrain avec des sonorités contemporaines et beaucoup de possibilités de modulations. On peut vraiment partir d'un son d'origine et 1h plus tard être dans un univers complètement différent.

C'est le clavier sur lequel je passe le plus de temps en ce moment.

Dans "Slash" on le retrouve sur les lead, on peut facilement entendre un glissement entre les notes, cette variation est produite grâce à la fonction portamento du Nord.

Novation bass station 2 :

Comme son nom l'indique un synth parfait pour créer des bass line, il est très intuitif, son générateur de son est plutôt impressionnant. Il possède par ailleurs un effet distorsion qui est chouette pour amener un coté définitivement électrique!

Utilisé sur la vidéo sur la première bass qui intervient dans le morceau.

Minilogue :

Mon dernier achat chez Korg, il est pas juste beau avec sa fréquence qui oscille en direct sur le tableau de bord, il sonne super bien! Il possède un delay, c'est très pratique d'avoir des effets à portée de main. Sur Slash je l'utilise en live sur des parties lead en utilisant un filtre "cut off"puis sur des chords où je joue sur les variations d'octaves .

L’EP ’Pretty Ashes’ est disponible dès maintenant sur tous les DSPs.

Load the next article...
Loading...
Loading...