Search Show Menu
Home Latest News Menu
Features

Des platines de l'Haçienda aux tapis de yoga

DJ ou prof de yoga, Matt Ryan ne fait jamais les choses à moitié

  • Thomas Andrei
  • 14 March 2017
« Read this article from the beginning

Don’t stop the dance

En rentrant, il doit décider de son avenir. Un choix aisé, assure-t-il : « L’idée de retourner à cette vie qui m’avait causé tant de problèmes était inconcevable. Donc j’ai décidé de devenir professeur de yoga. Parce que c’était la seule chose que je pouvais faire. » Paradoxalement, c’est son expérience dans le monde de la nuit qui l’aide à percer rapidement dans sa nouvelle profession. « Promouvoir des soirées ou des séances de yoga, c’était un peu pareil », ricane-t-il. Plus difficile est de faire comprendre à son entourage son nouveau hobby. « Tous mes potes du milieu me disaient : ’qu’est ce que tu branles avec ton yoga, putain ?’ Ils ne comprenaient pas. Mais les potes que j’ai perdus, je n’en n’étais pas assez proche pour qu’ils sachent à quel point j’allais mal. Mes vrais amis savaient. Et me supportaient. Même si, eux aussi, avaient du mal à comprendre. » Puis, avec le temps, tout s’arrange. Les contemporains de Matt finissent également par freiner sur les excès. Jusqu’à ce que certains de ses anciens copains de soirée finissent par s’intéresser à sa profession. Parmi les plus célèbres, Matt cite Mani, bassiste des Stone Roses qui assiste à des cours et l’invite chez lui, pour des séances privées. L’ex-DJ considère que beaucoup « viennent au yoga car ils comprennent que cela aide à trouver une équilibre. »

La recherche de l’équilibre qu’il a aussi enseignée au comédien britannique Russell Brand, est la véritable nouvelle drogue de Matt Ryan. Un objectif qu’il semble avoir atteint. À la fin de ses années de DJ, Matt évite carrément d’écouter de la House, qui représente « ses jours sombres » et lui préfère le blues, le jazz, la northern soul. Bien mieux dans sa tête, en 2012, il est enfin prêt pour mixer à nouveau. Un retour aux sources qui se déroule chez lui, à Manchester, à la Kraak Gallery. « C’était fantastique, se souvient-il, extatique. Des vraies platines, à l’ancienne. Ressentir le beat, le sol qui tremble. Ça me transporte dans un endroit incroyable. Comme si j’étais sous drogues, sans l’être. » Si Matt est sobre depuis 18 ans, il tient à préciser : il n’est en rien un repenti qui croit savoir ce qui est mieux pour les autres. Si, pour lui, drogues et yoga sont incompatibles, il ne souhaite pas généraliser. « Si tu arrives à trouver la voie du milieu, celle que prêche Bouddha, pourquoi pas », lance-t-il, avant de conclure : « Une fois à fond dans le yoga, je n’avais même plus envie d’un fish and chips. Donc si le yoga a une place importante dans ta vie, tu auras forcément moins envie de prendre de la drogue. Mais pas d’arrêter la fête !»

Thomas est journaliste freelance. Retrouvez le sur Twitter.

Load the next article...
Loading...
Loading...