Search Show Menu
Home Latest News Menu
Blog

Hit the road : 10 petits festivals français qui valent le détour

Du Nord au Sud, d’Est en Ouest - à ceux qui font vivre la scène française

  • Camille-Léonor Darthout
  • 3 July 2017

La saison estivale bat son plein. Et tandis que la canicule assommante oblige certains corps liquéfiés à partir en quête de points d’eau azur, d’autres préfèrent braver les éléments pour arpenter les festivals.

Garorock, Eurockéennes, Nuits Sonores ou les Plages Électroniques : la France dénombre un bon paquet de destinations implantées depuis plusieurs années sur le territoire. Mais ces destinations peuvent souvent condamner nos économies et réduire notre portefeuille à une vulgaire bourse - vide et balante.

Que ce soit au niveau logistique ou par simple prix d’un ticket, les festivals les plus connus de l’Hexagone s’avèrent bien souvent hors de prix. La solution, pour pouvoir profiter d’un bon soundsystem, d’une programmation de qualité dans un cadre tout aussi festif et ressourçant? Les ‘petites scènes’ indépendantes. Parce qu’elles seront sûrement plus proches de chez vous et qu’elles feront vivre la culture locale autant que les organismes qui en sont à l’origine, ces petits festivals indépendants sont à connaître et à découvrir, et ce partout en France. Voici une sélection - non exhaustive - de dix festivals indépendants qui ont tout de grands.

1 Monticule festival

Un soundsystem, des showcases et une vue imprenable. Pour sa troisième année consécutive, du 21 au 25 juin, le programme du Monticule festival était plutôt (très) alléchant.

Confortablement installé sur la pelouse du Domaine de Gayfié - à Saint-Jean-De-aur dans le sud de la France - le tout jeune mini-festival promulgue de véritables valeurs écologiques et responsables. Et on comprend bien la volonté de l’organisation de préserver la nature quand on découvre la beauté du paysage. Une verdure qui s'immisce au milieu des nuages, en véritable Cité des Cieux. L’atmosphère est planante, cadre idéal d’un festival électro.

Côté scène, parce que c’est quand même hyper important, le line-up s’articule principalement autour de la présentation de label sous forme de showcases. On retrouvait ainsi Versatile Records avec Gilb’R, Young Marco et Etienne Jaumet, l’équipe allemande Ritournelle composée de Rødhåd, Fjaak et Staab. Les représentants de la Chinerie étaient également sur le coup pour poser quelques galettes. Eh oui, respecter l’environnement ne signifie pas lésiner sur la qualité audio.

Pour couronner le tout, des incitations à l’astrologie et des cours de yoga ont été pourvus pendant les quatres jours de festivités. Cool, non?

Plus d’informations sur le Monticule festival ici.

2 Démon d'or

Pas de créatures maléfiques pour cette édition implantée au cœur des monts d’or lyonnais. Le festival Démon d’or mise plutôt sur l’exceptionnel cadre qui abrite les cinq scènes - ainsi que sur un line-up éclectique - du 30 juin au 2 juillet.

Du trip-hop local à une minimale plus pointue, rien n’échappe aux griffes de la bête. L’intérêt principal étant d’ouvrir les portes de l’esprit du public français en lui proposant l’accès à une culture musicale plurilatérale et novatrice. Les têtes d’affiches se mêlent en toute simplicité aux groupes locaux, une promotion chaleureuse à l’image du festival.

En complément de ses idéaux musicaux engageants, Démon d’or s'investit dans la sensibilisation écologique et dans la préservation du cadre naturel. Parce qu’après tout, on peut passer un bon moment, découvrir de nombreux artistes, tout en rendant à Mère Nature une terre aussi clean qu’à l’arrivée. La preuve par .

3 Verger festival

Cela fait quatre ans que l’organisation tplt organise des événements de jour sur Bordeaux et ses alentours. À l’origine de ce concept Le Verger : le duo 42195 et Hoejeon Soli ainsi que Jacob, Ressmoon et l’artiste plasticien Charl - ensemble pour diversifier la scène artistique locale dans une ambiance chaleureuse.

La découverte musicale se veut pointue, mais pas de têtes d’affiche : le concept, rare, réside dans le talent d’artistes méconnus qui ont chacun une esthétique et un propos artistique singulier.

Des sons, des ambiances, des époques : l’originalité du festival invite diggers invétérés et reçoit des live-acts venus des quatres coins du monde. Tornado Wallace débarque de Melbourne avec sa valise de sonorités funky, pendant que Jayda G apporte un tout plein de volupté canadienne. La France est elle aussi au rendez-vous. L’électro atmosphérique de Theorama ou la ‘techno cassée’ de O.Xander débarquent aux côtés des locaux du crew tplt lui-même - Yougo et Hoejeon Soli.

En tout, 17 DJs, un showcase, 3 live-acts, des expositions, des ventes de vinyles et une friperie pour cadencer Le Verger festival sur les terres de l’association des Vivres de l’Art. Et c’est ainsi que pendant deux jours du 7 au 8 juillet, sur deux lieux et quatre scènes, les Bordelais redéfinissent les notions de plaisir et de découverte.

4 Bel Air Open Air festival

C’est à deux pas de Toulouse, au beau milieu d’un champ dans la campagne de Saint-Araille, que l’association du Bel Air Festival rempile une année de plus avec son festival cette année en format Open Air.

Un événement sur trois jours, du 21 au 23 juillet, rythmé par un line-up entre house et techno avec un focus sur la minimale et la micro house - spécialité du crew Label Sphère à l’origine de l'événement

Le line-up équilibré prévoit la promotion de la scène locale (le collectif Label Sphère s’y produit dans sa globalité) aux côtés de têtes d’affiches nationales comme le producteur co-fondateur de Red Lebanese records Mad Rey et le résident de la Concrète Lowris.

Petit bonus, l’initiative écologique portée par le projet et l’envie de privilégier la culture et production locale. De la gastronomie aux activités (conférences, théâtrales, ateliers), la fourmilière Bel Air reste centrée sur sa région Occitane et se composent essentiellement de voisins proches. Bel esprit d’équipe et collaboratif, non?

Découvrez le festival Bel air ici.

5 Le Cesarhof

Direction le grand Est ! Derrière un petit restau de la contrée reculée de Linsdorf,à 15 minutes de Bâle, se cache un jardin secret. Trois cabanes dans lesquelles chaque année depuis 2013 se déroule un événement intimiste et familial, le Cesarhof festival.

Du 28 au 30 juillet, la mixité sociale et culturelle sont au cœur d’un projet qui a su ouvrir sa programmation au fil des années. À l’origine dub, les influences s’étendent ainsi aujourd’hui à la musique techno, voire au funk. Une diversification représentée par des artistes internationaux comme André Galluzzi, producteur allemand résident du Trésor et du Berghain, de l’anglais signé sur Moscow Records Archie Hamilton ou du français Janeret.

Faire plaisir et se faire plaisir : le centre de toutes les attentions. Pas de chichis, pas de chachas, les activités proposées au Cesarhof sont basées sur des cultures populaires comme l’art de rue et l’univers circassien. Musique, communauté et simplicité seraient-elles donc la clé du bonheur ?

6 Le festival Château Perché

« C’est à propos de la musique, d’un magnifique château, de l’été, de deep house, d’amour, d’art, de culture, de magie et de liberté. C’est à propos une orgie sensuelle, entre toi et moi. »

Perché vous avez-dit ? Vous n’avez encore rien vu. Du 4 au 6 août, le Château Perché festival revendique une initiative culturelle dans les cadres les plus médiévaux de France. Chaque année, l’organisme franco-allemand à l’origine du projet dégote un nouveau château dans lequel promouvoir une scène alternative contemporaine et définitivement électro.

Dans ce méli-mélo de patrimoine, techno et house font bon ménage avec les arts visuels. Les accommodations et services à la hauteur de l’originalité du décor (douche faites main et barbecue veggie, qui dit mieux?). Et comme on peut le constater sur l’aftermovie de l’édition 2016, l’originalité laisse place à la bonne humeur une fois la nuit tombée.

Un festival sans grande prétention, qui nous conte pourtant une féerie musicale et festive. Suivez l’édition du Château Perché Festival à Ainay-Le-Vieil ici

7 Intrinsic

Le festival londonien Intrinsic s’installe pour la première fois en France cette année. C’est dans la jolie région de la Dordogne que la sixième édition de l’événement d’immersion audiovisuelle pose ses valises.

Une initiative hors du commun qui vise à rassembler une communauté animée par les mêmes attraits créatifs - l’élévation spirituelle et la guérison au travers de l’expérimentation artistique. Dans un genre tantôt ambiant, tantôt expérimental, les installations visuelles, audio, ainsi que les ateliers de relaxation, de yoga, les workshop et tout un tas d’originalités seront déballées dans le parc de Joséphine Baker du 3 au 7 août.

Une bizarrerie bienveillante qui ne tient pas à véhiculer la même image que peuvent avoir les autres festivals musicaux - soit un dancefloor endiablé et une fête de très longue durée (jusqu’au petit matin, trois jours plus tard). De 5h à 9h du matin, le parc sera fermé et les festivaliers contraints de s’adonner à un peu de repos. Ou à un after, ça c’est votre problème.

Tous les renseignements sur Intrinsic festival juste là.

8 Sachô Galiero

Le Limousin, noyau central de la culture underground française? Bon, on vous l’accorde ce n’est pas encore tout à fait ça. Mais quand même, le festival Sachô Galiero prouve qu’avec un bon soundsystem, on s’installe -presque- partout.

Terroir et musique, voici le cœur du projet qui engage la création de l’association Nuage en 2014. Du 25 au 27 août, sur le domaine de Combas dans un espace de 650 hectares entres rivières et arbres luxuriants, le festival Sachô Galiero incite à la reconnexion avec la terre. Initiations au savoir-faire artisanaux, à la nature et ses besoins, danses et en échanges sur une programmation musicale variée : le programme est concis, original et efficace.

Ce n’est pas au Sachô Galiero que vous retrouverez Omar S et Kerri Chandler. À l’image de ses idéaux, l’organisation veut promouvoir des jeunes talents. Pendant deux jours, des aventuriers du vinyles perdus se relaieront pour animer les festivités. Parmis eux, on retrouve les parisiens de la Chinerie G’Boï et Jean Mi ou Julien Lebrun de Hot Casa Records.

La programmation de cette année n’a pas encore été intégralement dévoilée mais pourrait réserver encore quelques surprises. Après tout, l’an dernier, Mara Lakour avait bien fait son petit set au Sachô, lui aussi. Plus d’infos ici.

9 La Dynamicale Estivale

On ne dit plus festival, on dit ‘bal en plein air’ - le tout complètement gratuit s’il vous plaît ! Pour sa seconde édition, la Dynamicale Estivale s’installe dans l’immense parc de Jean Moulin les Guilands, en Seine Saint Denis. Les 16 et 17 septembre, de 12h à 23h30, collectifs et associations locales s’allient à la Dynamiterie pour monter un festival d’exploration culturelle.

Un synergie collaborative qui, parce qu’elle laisse place et carte blanche à ses acteurs autour de 5 scènes, se montre forte d’une programmation musicale éclectique allant de la world à l’électro en passant par le hip-hop. La station Rose, Parallèle, Rose et Rosée, Hydropathes, Love Specs : autant d’entités franciliennes soudées autour d’une seule même identité festivalière.

Une approche événementielle culturelle, sociologique et locale agrémentée d’ateliers d’écritures avec 93Lyrics, d’un vinyl shop local avec Vinyle Village ou d’ateliers participatifs animés par la Fabrique Made in Bagnolet en écho à cette volonté de partager et de faire découvrir de nouveaux horizons aux franciliens, dans un cadre qui change de l’ordinaire.

Pour chopper toutes les informations de l’événement, suivez La Dynamiterie sur Facebook.

10 La Chinerie festival

Le petit dernier, le petit prodige des festivals 2017 ! Internet est en émoi depuis l’annonce du projet complètement inattendu.

Le concept avait été lancé par un sondage sur la page Facebook de La Chinerie. ‘Quels artistes voudriez-vous voir jouer en festival?’. Une pluie de réponses plus tard, le collectif à l’origine de la première communauté de social digging français annonce un line-up invraisemblable et lance un financement collaboratif. On y croyait presque pas, mais ils l’ont pourtant fait en moins de 6 mois : valider l’organisation d’un festival sur deux jours dont le line-up est entièrement initié par les festivaliers.

Avec un large panel de têtes d’affiches, d’internationaux, de français ainsi que de découvertes, les intentions de programmation ont permis la collecte de plus de 63 000€ en seulement 42 jours pour 50 000€ nécessaires.

Le lieu n’a pas encore été divulgué mais l’équipe a assuré au micro de Make It Deep que les négociations étaient en bonne voie et permettraient très certainement de maintenir le festival à la date prévue pour septembre – et ce dans un espace d’une capacité comprise entre 2 000 et 5 000 personnes en région parisienne.

Un projet collaboratif de diggers de l’extrême, où une brocante et un disquaire se mêleront parfaitement au line-up promis qualitatif et à la visée éco-responsable fédératrice de l’organisation. Affaire à suivre pour plus de concret. En attendant, vous pourriez bien chiner un peu pas vrai?

  1. Camille est rédactrice stagiaire à Mixmag France. Suivez-la sur Twitter.

Crédits Photo : La Chinerie, Le Monticule, Intrinsic Experiment, Château Perché, Sachô Galiero, La Dynamiterie, Travel+Leisure

Load the next article...
Loading...
Loading...