Search Show Menu
Home Latest News Menu
Galeries

Les trois grandes ères de l’enregistrement pré-numérique en 18 photos d’archives (1877-1975)

Rubans, circuits et créativité DIY

  • La rédaction
  • 14 March 2018

Les techniques d'enregistrement moderne ont progressé à la sueur du front des ingénieurs et des passionnés du 20e siècle. De nos jours, créer des sons dignes d’être diffusés exige certes un savoir-faire technique et une oreille créative, un travail ardu et méticuleux de plusieurs semaines, plusieurs mois, voire plusieurs années. Cela-dit, ouvrir Ableton (ou n’importe quel autre logiciel de MAO) pour y bidouiller des projets machinalement est sans commune mesure avec la complexité des méthodes d'enregistrement du siècle précédent.

De l'invention du phonographe aux brillantes épopées analogiques de Robert Moog, les inventions des pionniers du son pré-numérique nous permettent de comprendre leurs méthodes d'enregistrement minutieuses. Une nouvelle perspective intéressante pour les jeunes producteurs. Voyage dans le temps avec 18 photos étonnantes de matériel d'enregistrement pré-révolution numérique.

L'ÈRE ACOUSTIQUE (1877 - 1925)

En 1887, Thomas Edison invente le premier phonographe après avoir enregistré avec succès "Mary's Little Lamb" à l'aide d'une bande de papier d'aluminium enroulée autour d'un cylindre.

Lionel Mapleson ajuste l'équipement d'enregistrement utilisé pour enregistrer des représentations du Metropolitan Opera House de New York (1902).

(Source : Bibliothèque municipale de New York)

L'Art du Bruit : le peintre futuriste Luigi Russolo veut intéresser le monde au bruit de l'époque moderne avec son orchestre mécanique troublant (1913).

(Source : UbuWeb)

« Chaque manifestation de la vie est accompagnée de bruit. Le bruit est donc familier à nos oreilles et a le pouvoir de nous rappeler immédiatement la vie. Le son musical, une chose étrangère à la vie et indépendante de celle-ci... est devenu à nos oreilles ce qu'un visage trop familier est au regard. »

Le Victor Orchestra s'entasse autour d'une énorme corne au studio de Victor Talking Machine Company pour une des toutes premières sessions d'enregistrement acoustiques.

(Source : Bibliothèque du Congrès)

Next Page »
Loading...
Loading...