Search Show Menu
Home Latest News Menu
Mag

« Objets de Nuit » : La Java va faire danser tout Belleville en 2018

Avec le Mellotron, le 9B, le M'sieurs Dames, L'International Records, le Point Éphémère et l'Udo Bar

  • Contenu Sponsorisé • Crédit photo : Jean Ranobrac
  • 8 January 2018

Institution des nuits de Belleville depuis plusieurs décennies, La Java signe un emploi du temps chargé et porté par la créativité, le renouveau et la collaboration pour l’année 2018. Avec son concept inédit inauguré par la soirée de lancement « Objets de Nuit », l’établissement apporte un souffle festif sur la vie de quartier du Nord-Est de la capitale, en collaboration avec plusieurs lieux cultes du secteur. Animations diverses distillées dans plusieurs bars du quartier, programmation électronique alternative, campagne digitale inédite et soutien à la communauté LGBTQ : le 18 janvier à 19h, La Java ouvre les dancefloors aux fêtards aguerris et réveille Belleville d’un grand coup de BPM.

Un hommage à l'histoire populaire de Belleville

Belleville est un quartier historique de Paris, à cheval entre le 10, le 11, le 19 et le 20ème arrondissement. Reconnu comme un quartier artistique où cohabitent nations, couleurs et influences, c’est au sous-sol de la galerie du « Palais du Commerce » que les nuits sont les plus endiablées : à La Java (Edith Piaf y fait d’ailleurs ses premiers pas). Une institution bientôt centenaire, passée du dancing hall à la musique latino pour devenir ce qu’on connaît aujourd’hui : ce club électronique parmi les plus vibrants de la capitale. Et c'est sans compter le programme de l’enseigne pour cette nouvelle année 2018 : un nouveau souffle collaboratif, de renouveau et d'originalité sur le quartier avec son nouveau concept, ouvert par la soirée « Objets de Nuits ».

Un nom qui mérite d’être décrypté puisque ses trois mots contiennent toute la créativité du concept : les objets réfèrent aux oubliés du vestiaire, synonymes d’un week-end mouvementé, entre esprits libres et têtes vidées. Chaque mois, l’un d’entre eux sera ainsi sélectionné comme « Totem » du vestiaire des oubliés. Les soirées quant à elles invitent au laisser aller et à l’ivresse de l’instant présent, pour finalement devenir soi-même un objet de nuit. « En complet oubli de soi, quand on fait la fête, le matériel ne compte plus ! La récolte des objets trouvés, c'est un peu le baromètre de la soirée inoubliable. Comme un bon présage de déraison, La JAVA présente chaque mois l’objet TOTEM du vestiaire oublié », explique Karine Lewitz, chargée de la communication de La Java.

Un projet local et collectif

En dépit des références matérialistes, c’est pourtant bien la musique électronique la véritable star des lieux. En faisant peau neuve, La Java invite les établissements voisins à participer à ce projet de voisinage. Alternative, la programmation musicale met en avant des artistes pour la plupart parisiens et indépendants en jonglant sur les univers et les influences de chacun, sur différents établissements. Pour le lancement de cette fête de quartier, Aurélien KM3 du collectif La Freak, organisateur de soirées trimestrielles et habitué des ondes du Mellotron P’ears animeront tout en douceur le bar convivial du 6, rue Beaurepaire qui emprunte son nom à un instrument de musique à clavier.

À l’International records, celui qui anime une émission mensuelle sur les ondes entre Lyon et Paris Lyl Radio, Poulet Bicyclette, amène son zouk et son jazz cosmique aux côtés du label parisien Plaisir Partagé, chez le disquaire situé à deux pas de la rue Oberkampf. Beer & Curry Wurst, telle est la promesse du before à l’Udo bar qui convie pour l’occasion le collectif du 17ème arrondissement Collectif XVII et le duo de producteurs Deviant Lads qui travaillent sur la sortie d’un EP pour 2018.

Soirée de « réparation de fiesta » au 9B avec les frères d’armes de Capartensalle (ça part en salle) et de leur acolyte Samuel Chochon rejoint par Frichtii pour un before placé sous une aura festive, aux airs d’années 80 et de boogie woogie. En dehors des DJ sets, deux soirées spéciales sont proposées aux enfants du quartier : l’une Drag Queen avec Lady Carbone et sa Brigade dans le bar queer le M’sieurs Dames et l’autre au Point Éphémère, avec un Apéro Ping Pong agrémenté d’un workshop animé par Ivan Dion, artiste sérigraphe. Le temps d’une soirée, ces 6 établissements différents ont pour dénominateur commun La Java, qui prendra le relai dès minuit et ce jusqu’au petit matin. Une grande famille d’institutions festives née de l’envie de conserver un patrimoine social et culturel dense : « Belleville est un lieu de mémoire collective. Il s'y mélange toutes sortes de cultures et d'esthétiques. La vie de quartier à Belleville est intense et artistiquement riche. Tout cohabite toujours, et tout est extrêmement vivant. Nous voulons participer à toujours plus créer du lien entre les structures culturelles, sociales et locales de Belleville, de participer à conserver ce "terrain de jeu" culturel et social sans forme définie, où la vie devient presque une œuvre d'art. »

Rassembler : l'esprit de la fête de quartier

La Java l’a compris, la musique rassemble et fait se rencontrer des populations différentes, aux influences croisées. L’idée d’intégrer un bar queer friendly, c’est aussi inviter le public à découvrir un monde qui lui est inconnu ou du moins méconnu tout en restant sur un créneau musical similaire.

« Les musiques électroniques restent le fer de lance de La Java et jouent un rôle fondamental dans la diversité du public qui participe à nos soirées. Les soirées Trou aux biches et House of Moda sont par exemple autant LGBTQ qu’elles assurent une programmation qualitative ».

Écouter de la musique ensemble, partager un moment ensemble, rire et être heureux ensemble. Qu’importe l’endroit, qu’importe les gens, la musique est et restera vecteur d’unité et une culture commune. La nuit déjà bien entamée, le club prend le relai des festivités à partir de minuit et ce jusqu’à 6 h du matin. Le 18 janvier, l’établissement invite l’Allemand Wolf Müller (aussi connu sous le nom de Jan Schulte) qui a notamment signé un morceau chez Dekmantel - répertorié comme l’un des meilleurs de 2017 selon le disquaire de référence Phonica Records. Il sera accompagné de son acolyte Niklas Wandt pour une performance live à quatre mains. Résident du club Robert Johnson de Francfort, Lauer rejoint le duo au sous-sol de la galerie du Palais des Commerces.

Au-delà de son aspect musical, « Objets de Nuit », c’est aussi une toute nouvelle campagne digitale. Une façon d’être encore plus connecté à la communauté. « La Java n'est jamais allée aussi loin dans l'univers du digital : nouveau site internet responsive, free access annuel à gagner sur le site, de plus en plus d'évènements seront proposés en préventes digitales courant 2018 ».

Depuis plusieurs décennies, la vie de quartier de Belleville est portée par une énergie nouvelle et propulsée par des établissements dynamiques, conviviaux et populaires qui œuvrent avec brio pour conserver l’essor artistique de ce secteur Nord-Est de Paris et de son histoire. Alors soyez prêts à vous abandonner dans les nuits de Belleville et surtout, n’oubliez rien.

Lancement de la campagne « Objets de nuit » le 18 Janvier 2018 à 19h à Belleville. Rendez-vous au Mellotron, au Point Éphémère, au M’sieur Dames, au 9B, au Udo Bar ou/et à l’International Records en première partie de soirée et direction La Java à partir de minuit et jusqu’à 6h pour danser jusqu’au bout de la nuit. Informations complémentaires ici.

Load the next article...
Loading...
Loading...