Search Show Menu
Home Latest News Menu
Mag

Rencontre : l’équipe derrière Junction 2, le plus gros festival techno de Londres

Quand Drumcode rencontre LWE, un des meilleurs orgas underground de la capitale, ça fait des étincelles. Portraits.

  • La rédaction
  • 23 April 2018

Junction 2 est né en 2016 d'un pari osé pris par LWE, organisateur d'énormes soirées techno à Londres, et Drumcode, le mastodote qu'on ne présente plus. Contre toute attente, ils ont investi le Manor Park, un site inconnu de la banlieue londonienne, pour proposer un nouveau festival 100% techno, un concept alien dans le paysage festivalier local déjà hyper compétitif.

Mais les faits sont là : dès sa première édition, l'événement a su s'imposer avec son line-up monstrueux, une organisation millimétrée et une expérience unique en son genre dans un cadre magnifique, entre architecture industrielle et campagne. Rencontre avec les membres de l'équipe qui ont su faire de leur événement un franc succès, sans coup d'essai.

Artist & Label Manager
Jeremy Ford

« Moi c’est Jel Ford, ça fait plus de 20 ans que je bosse avec Adam [Beyer, ndlr] en tant que label manager, et depuis 2008 en tant qu’artist manager. En ce qui concerne Junction 2, l’aspect opérationnel au jour le jour est géré par LWE, un organisateur hyper organisé et des partenaires de longue date. Avec Adam, nous sommes très impliqués dans l’aspect esthétique et l’expérience du festival, ainsi que la programmation des artistes sur toutes les scènes.

On travaille avec LWE depuis 2010. Il nous ont apporté une aide inestimable sur des events Drumcode de plus petite capacité, pour en arriver où ils sont aujourd’hui : un pilier de la vie nocturne à Londres, en particulier leur show au Tobacco Dock pour Halloween. Ça va faire 5 ans qu’année après année Drumcode y retourne. C’est un partenariat parfait, qui fonctionne très bien. On a la même vision : ce n’est pas qu’une question d’argent, on est là pour durer et on veut créer un event, une expérience dont on est vraiment fiers. Ce partenariat a encore évolué et LWE est devenu notre partenaire sur les événements Drumcode internationaux, et nous aident à développer nos séries Drumcode et Junction 2 dans le monde entier. »

Booking & Programmer
Will Harold

« Mon rôle tient principalement au booking et à la programmation des line-ups, mais comme bien des aspects de ce projet, c’est une collaboration de toutes nos idées. Adam Beyer, Jeremy et Mike, qui travaille avec moi sur la partie booking de LWE sont le noyau dur de l’équipe à la programmation.

C’est mon event préféré de l’année pour le booking, et on prépare plus d’un an à l’avance. On a de la chance à bien des égards avec ce festival : on a trouvé un site unique, on s’y est adapté du mieux possible et on a travaillé dur avec notre (super!) équipe de production et des techniciens pour créer des scènes individuelles. Ça veut dire qu’on peut programmer chaque espace avec la musique qui selon nous convient parfait à son environnement. »

The Bridge : Une longue, étroite bretelle d’autoroute en béton forme un pont d'esthétique brutaliste au-dessus du dancefloor, le cadre parfait pour canaliser l’énergie Drumcode. (Deuxième photo, de gauche à droite)

The Woods : La scène la plus intimiste du site. Cette année, on y a mis Joy Orbison, Nicolas Lutz et Sonja Moonear. (Photo 3)

The Hex : La seule scène outdoor, parfaite pour les sons ensoleillés de SONUS. (Photo 4)

The Warehouse : Une caverne à sueur. Une vraie cocotte-minute pour les sons les plus durs qu’on a confirmés cette année : Len Faki mène la danse, avec le tout chaud Jay Clarke et SCB, le nouveau projet live de Scuba.

SIDEXSIDE : La stage concept de LWE, où un DJ se fait curateur de la journée et invite une collection d’artistes pour partager la scène avec lui. Avec Dixon confirmé pour un set de 6 heures, vous pouvez être sûrs que ça va être quelque chose de très spécial. »

Marketing & Partnerships
Paul Jack

« Je suis le “promoter” à proprement parler, dans le sens traditionnel du terme. Celui qui vend les tickets une fois que le line-up a été confirmé et que la soirée est programmée avec les marques et les artistes avec lesquels on travaille.

La première année a été difficile. On avait un site extraordinaire entre les mains, mais le marché était saturé, avec plein d’autres projets poussant des videos sur-produites et des photos hyper alléchantes pour vendre des events et des lieux qui n’avaient en fait rien de spécial - les gens étaient méfiants et ne pensaient pas que les images qu’on sortait reflétaient la qualité du site.


Il fallait voir la tête des gens quand ils arrivaient en haut de la colline, face à la scène principale sur une île, sous une autoroute entourée de forêt au bord d’une rivière. Maintenant que l’événement a pris de l’ampleur, a gagné en popularité, la difficulté reste de protéger l’aspect cosmopolite de notre audience tout en faisant grandir la marque et en élargissant notre influence au Royaume-Uni et à l’étranger.

En dehors du marketing et de la promotion, je m’occupe également des partenariats de marque. De plus en plus, ces dernières s’intègrent dans l’écosystème économique des événements, nous travaillons avec une sélection de partenaires stratégiques qui ont fait partie de l’aventure depuis le début, comme Relentless et Frontier.

En recherchant de nouveaux partenariats et des opportunités de promotion, la difficulté est de trouver des partenaires qui comprennent notre event aussi bien que nous et saisissent l’importance de l’intégration, plutôt que de la visibilité pure. Avec les deux marques citées précédemment, nous avons pu développer une étroite collaboration qui ajoute de la plu-value à l’expérience du festival, tout en créant une forte association de nos deux entités dont nous pouvons tous être fiers. »

Head of Production
Loz Poulton

« Je suis chargé de la conception et de l’installation scénographique, de la production technique et créative sur l'ensemble du site. Ça implique la collaboration avec un ensemble d'entrepreneurs spécialisés pour fournir les structures des scènes, les tentes et l'équipement, conformément à nos conceptions.

Junction 2 a été une excellente plateforme pour produire des looks et des structures de production uniques sur une topographie somme toute très variée. Nous avons beaucoup d'éléments industriels, comme l'autoroute M4, qui crée une canopée parfaite pour la scène Drumcode, ainsi qu’une grande clairière, des rivières et des bois. Ça m'a permis de créer un environnement différent spécifique à chaque scène, et le visiteur devient un peu un explorateur, une expérience normalement impossible pour un festival urbain.

On essaie toujours d'utiliser les techniques de production d’une manière inédite et nous avons également fabriqué des structures sur mesure, des toits que vous ne trouverez qu'à la Junction 2. Il y a beaucoup de dévouement de la part de tout le monde sur place. Je pense qu'il est très important que nos entrepreneurs et notre équipe partagent la même vision et la même énergie que nous cet event. Nous avons constitué une équipe spectaculaire au cours des deux dernières années, ce qui fait du projet une vraie partie de plaisir et j'espère que ça se retrouve dans la qualité de l'expérience des participants.

On commence à tout planifier environ 9 mois avant l'événement, à commencer par les structures et les tentes et on passe ensuite à la conception des designs des éléments techniques comme l'éclairage, la vidéo, les effets spéciaux, l’ancrage et le son. Une fois le design confirmé, je travaille en étroite collaboration avec chaque sous-traitant pour établir le budget et commander l'équipement dont nous avons besoin pour le produire. Une fois fait, je m'assure que les entrepreneurs vont pouvoir travailler en synergie parfaite et que les différents types d'équipements et les systèmes d’ancrage commandés peuvent fonctionner ensemble. Rien que pour la production, nous avons plus de 50 entreprises sur place avec plus de 300 équipes de productions et plus de 200 livraisons de camions sur l'ensemble de l'événement, c'est donc un de mes plus gros défis. »

Operations Manager
Alice Favre

« Mon rôle est assez unique. Je me considère moi-même operations manager mais en vrai, je suis event manager, en charge de s’assurer que le show se déroule bien - au sommet de la hiérarchie (heureusement avec toute une équipe qualifiée à mes côtés le jour J). Au jour le jour, j’ai une super équipière qui travaille avec moi, Zofia, qui s’occupe de l’exécutif sous ma direction. On est très fières de notre efficacité côté opérations et management de l’event, on va vraiment au-delà du niveau d’effort que les gens mettent généralement en place pour un festival d’un seul jour.


Mon travail peut être assez stressant car j’ai affaire aux autorités locales, je m’occupe de l’obtention des autorisations légales et des réunions avec la mairie. Le jour J, la sécurité des festivaliers et du staff est sous ma responsabilité. Pour vous donner une petite idée de ce sur quoi je travaille : autorisations, bars, compta, jauge, organisation du site, expérience des festivaliers sur place et leurs retours post-event, sécurité, trésorerie, procédures, santé et hygiène, assurances, relation avec toutes les autorités et recrutement des équipes. »

Junction 2 aura lieu au Boston Manor Park de Londres le 8 juin avec Carl Cox, Adam Beyer, Len Faki, Ame, Nina Kraviz, Tale Of Us et bien d'autres.

Images : (c) Junction 2, 2016-2017, DR.

Next »
Loading...
Loading...