Search Show Menu
Home Latest News Menu
News

Electronic Music Factory : une plateforme pour soutenir la professionnalisation de la scène française

Un projet initié par la SACEM en collaboration avec l'IRMA, Technopol et le Bureau Export

  • Camille-Léonor Darthout
  • 20 November 2017
Electronic Music Factory : une plateforme pour soutenir la professionnalisation de la scène française

30 ans d’existence, un boom significatif ces dernières années : la SACEM s'intéresse de près aux musiques électroniques, mouvement culturel important et apport indéniable à l'économie culturelle française. Après avoir réalisé une étude sur les enjeux et les problématiques auxquels sont confrontés les musiques électroniques en France, l'organisme dédié aux artistes, compositeurs et éditeurs de musique décide de prendre les choses en main et lance l’Electronic Music Factory.

Ce centre de ressources des Musiques Électroniques livre des informations et des outils pratiques afin d’accompagner les professionnels et les novices dans leurs démarches. Un soutien destiné aussi bien aux artistes qu’aux labels, bookers, clubs, festivals ou encore éditeurs. En collaboration avec l’Irma ( le centre d’information et de ressources pour les musiques actuelles), Technopol et le Bureau Export, la SACEM compte bien faire de l’Electronic Music Factory un outil essentiel pour permettre l’inscription et le dépôt d’œuvres des artistes de musiques électroniques.

Sur le site dédié à cette nouvelle entité, chaque acteur de l’industrie est dirigé vers une catégorie contenant une poignée de défis : jouer en live quand on est artiste, trouver des aides pour les labels ou encore organiser un événement quand on est un club ou un festival. De nombreuses réponses logistiques, techniques et juridiques (les lois en vigueur notamment) sont ainsi apportées par différents onglets. Des formations spécialisées (écoles de DJ, formations professionnelles) sont également proposées pour répondre à chacune des questions.

Il y a quelques mois, la SACEM partait d’un constat alarmant : une rémunération des artistes bancale, voire inexistante dans certain cas. Elle avait lancé un appel d’offre pour un système d’identification de tracks au cours d’évènements de la musique électronique : une compétition remportée par le logiciel DJ Monitor, détenteur d’une base de données de 46 millions d’œuvres avec un taux de reconnaissance des morceaux qui toiserait les 93,8%.

Découvrez le site de l’Electronic Music Factory et sa proposition intégrale par ici.


Load the next article...
Loading...
Loading...