Search Show Menu
Home Latest News Menu
News

Les effets pervers du couvre-feu à Sydney : montée des violences hors des zones "protégées"

Un augmentation des agressions de 10 à 20% dans les banlieues limitrophes

  • Texte : SCOTT CARBINES I trad : Clark Engelmann
  • 7 March 2017
Les effets pervers du couvre-feu à Sydney : montée des violences hors des zones "protégées"

Les lockout laws — « lois de fermeture » ou « lois de couvre-feu » prises par le gouvernement australien — visaient à lutter contre l’insécurité dans la ville de Sydney, pensées initialement comme une solution pour une ville « sûre 24h sur 24 ».

Mais depuis leur application, les autorités ont constaté une augmentation significative du nombre d'agressions dans les secteurs proches des zones où le lockout est pratiqué à Sydney.

De récentes études du Bureau des Statistiques Criminelles et de la Recherche (BOSCAR en anglais) révèlent un déplacement de l'heure des violences, depuis que le lockout d'une heure et demi du matin et le dernier verre de trois heures ont été imposés dans les quartiers du centre de Sydney et de King Cross en février 2014.

Ces lois prévoient que tous les commerces sont dans l'obligation d'arrêter de vendre de l’alcool à dix heures du soir, que les établissements doivent servir leur dernier verre à trois heures du matin et surtout qu’à partir d’une heure et demie du matin, les clubs refusent l’entrée aux clients.

Le nouveau Gouvernement de South Wales Gates avait invoqué la violence urbaine comme motif justifiant le retour de ces lois. Un article paru dans le Sydney Morning Herald a publié les données officielles du BOSCAR selon lesquelles, des 32 mois qui ont suivi l'entrée en vigueur des lois jusqu'à septembre "on a réuni des preuves de déplacement géographique des agressions dans les zones directement adjacentes aux quartiers de Central Sydney et de King Cross", comme dans certaines banlieues proches: les agressions ont explosé dans ces zones— plus de 299 — et ce dès l'entrée en vigueur des lois.

On parle d'une augmentation de 12% dans les secteurs jouxtant la zone de lockout, notamment l'exemple très controversé du casino The Star et des collines d'Ultimo et Surry Hills. Dans les banlieues proches comme Double Bay, Newtown ou Bondi, on enregistre une augmentation de 17% des violences. Les agressions à l'intérieur de la zone de lockout ont diminué de 930 (valeur absolue), soit 49% de moins dans le quartier de King Cross et 13% de moins dans le quartier d'affaires de la ville.

Les porte-paroles de la campagne Keep Sydney Open ont répondu que "les lockouts ont contribué à déplacer les agressions dans les quartiers résidentiels, un phénomène que corroborent toutes les dépositions et les preuves anecdotiques enregistrées ces trois dernières années. Don Weatherburn, le président du Bureau des Statistiques Criminelles d'affirmer que pour le moment les effets des lois restent partiellement atteints."

"La ville de Melbourne les a abandonnées, le Queensland a avorté son plan de préparation aux lockouts. Ce qui fait de Sydney la risée de la nation et certainement du monde. C'est le moment de repenser ces lois restrictives."

Les lois du lockout et du dernier verre ont été modifiées l'an passé, retardant d'une demie-heure l'heure fatidique.

Keep Sydney Open rétorque que des changements aussi minimes ne sauveront pas la vie nocturne de la ville et n'apporteront aucun soutien à l'économie locale.

Load the next article...
Loading...
Loading...