Search Show Menu
Home Latest News Menu
Essential Listening

Song for Alpha : le grand retour de Daniel Avery, le prince de la techno anglaise

Cinq années de travail pour un résultat subtil et maîtrisé

  • La rédaction
  • 16 March 2018
Song for Alpha : le grand retour de Daniel Avery, le prince de la techno anglaise

Daniel Avery s'est tracé un parcours exemplaire, des platines de Fabric au circuit festivalier international. Sa techno intelligente, teintée d'electro et d'ambient fascine, tout comme son talent incroyable derrière les machines. Son second album, Song for Alpha est le reflet d'une vie en dents de scie, entre la scène et les chambres d’hôtels. Des matins brumeux et calmes et de l’énergie inépuisable des all night long.

Son premier succès, Drone Logic, avait ravi toute la communauté électro par son dynamisme et son influence dancefloor. Des titres fortement inspirés par ses passages en festival, conçus pour la danse. Il en va tout autrement pour Song for Alpha, dont le titre reste d’ailleurs un mystère qu'il ne souhaite pas révéler. Il lui aura fallu cinq ans de patience et de travail acharné dans son studio tranquille à Londres, entrecoupés de nombreux projets. Cinq ans pour produire un album aussi efficace dans sa diversité que par sa maturité.

Song for Alpha est le projet ambitieux de construire une musique humaine avec des machines. Un pari réussi ; on y retrouve une vraie sensibilité, comme dans les berceuses 'First Light' ou 'Days Drom Now'. Difficile de rester de marbre face à l'énergie des morceaux techno 'Diminuendo' et 'Sensation' ou l’esprit rave de 'Projector' et 'Clear'. Lettre d’amour à la communauté électronique, cet album est déjà inscrit dans la lignée de ses succès précédents, par son raffinement et ses mélodies entêtantes.

Le nouvel album très attendu de Daniel Avery Song for Alpha sera dévoilé le 6 avril 2018 chez PIAS. Pour les plus impatients, l’EP Slow Fade est déjà disponible. Découvrez ci-dessous son mix exclusif réalisé à l'occasion de sa couverture de Mixmag UK.


Crédits :

Texte : Sixtine Josselin, Marie Dapoigny

Load the next article...
Loading...
Loading...