Search Menu
Home Latest News Menu
Listes

Le guide des festivals à faire cet été 2019

Il ne vous reste plus qu'à choisir

  • Clara Dsts
  • 25 June 2019

Ça commence à sentir bon la liberté et la fête. C’est la saison estivale qui arrive à grand pas, avec ses barbecues, ses saisons chill au soleil... et surtout ses festivals. Pour se faire une idée parmi l’offre foisonnante d’événements estivaux, voici un petit guide des meilleurs festivals de l’été, à tester ou à revisiter !

Dour
Le must have (done)

Impossible de faire une liste des festivals de l’été sans mentionner Dour. On vous parlera sûrement des grandes scènes qui impressionnent, du line-up de grands qui met tout le monde d’accord, un gigantesque camping avec une ambiance totalement délurée, mais ce qui fait Dour avant tout, c’est son public d’énergumènes complètement fou.

Une programmation toujours aussi éclectique riche en têtes d’affiche techno, hip hop, house, et autres, mais qui reste pointue. C’est aujourd’hui un festival qui n’est plus nécessaire de présenter.

Astropolis
Dans le bastion breton

Astropolis, c’est l’événement électronique indétrônable du grand Ouest français. Il affirme sa position de doyen sur cette nouvelle édition en fêtant ses noces d’argent, toujours fidèle à son site du Manoir finistériens de Keroual, et parrainé par Manu le Malin, chargé de la programmation de la scène Mekanik.
Au programme pour cette édition spéciale, des invités de marque . Le public assistera à la réunion inédite du duo noyau d’Underground Resistance X-102 mené par Jeff Mills et Mad Mike, plus de dix ans après leur prestation historique au Sonar 2008. Pour les accompagner, des artistes ambassadeurs de la scène électronique internationale s’ajoutent au programme. La grande prêtresse de la techno Paula Temple sera présente aux côtés de Denis Sulta, le résident du Berghain Kobosil et la figure du voguing made in France, Kiddy Smile.

Nations of Gondwana
Dans le ventre de la techno Berlinoise

"Lorsque le Mur est tombé, ça a fait boum, et il s'est passé la même chose au niveau musical." C'est ainsi que Tanith, DJ Berlinois, explique comment sa ville est devenu parent légitime de la techno. Nations of Gondwana vous offre une immersion de 3 jours, du 19 au 21 juillet, pour plonger dans tout ce que Berlin a de mieux à offrir. De la techno à la house, du chillout au downtempo, de l’électro au hardcore, le festival a sélectionné pour vous la crème de la crème de la scène locale et internationale.

Plus de 76 artistes sont programmés pour fêter dignement les 25 ans du festival. Parmi eux, Rødhåd, Monika Kruse, Anetha, Denis Sulta, Move D pour n’en citer que quelques uns. Défenseur de la musique sous sa forme la plus brute, et des valeurs de vivre ensemble et d’ouverture d’esprit, ce festival est un retour aux sources pour les passionnés de musique électronique. Très populaire en Allemagne, il reste pour autant assez underground dans le reste de l’Europe : les locaux représentent ainsi une grande partie des festivaliers.

Château Perché
Alice au pays des BPM

Vous avez déjà rêvé de plonger dans un conte de fée grandeur nature ? Avec Château Perché, faites de vos rêves une réalité. Coqueluche de la presse internationale, le festival revient pour une cinquième édition encore plus barrée et magique que les précédentes. Organisé par Perchépolis du 25 au 28 juillet, Château Perché prendra cette année place à l’Arboretum de Balaine, classé monument historique. Vous pourrez vous balader dans ce cadre exceptionnel, parmi les 11 scènes regorgeant de pépites musicales aussi audacieuses que talentueuses : Trance, EBM, indus et techno seront au rendez-vous, propulsés par les collectifs les plus influents du moment. L’Amérique Latine sera à l’honneur cette édition, avec 24h heures de son latino pour vous faire voyager encore plus loin.

Personne ne parlera aussi bien du festival que les organisateurs eux-même : “Le Château Perché est une ode à la culture, aux arts, à l’expression, à la liberté de croire et d’affirmer ce que l’on croit, d’être passionné, d’être décalé. Une célébration de la vie, de l’être, de l’Autre et de l’amour qui nous lie. Un mouvement curieux, expérimentateur, assoiffé d’art et de différence."

Garbicz
Retraite spirituelle underground

Résumer le Garbicz à un festival de musique serait un euphémisme. C’est une véritable bulle d’air hors du temps, pour se connecter à la musique, à la nature, aux autres, et à soi même. Prenant le contrepied de notre société contemporaine, il se veut le sanctuaire d’une expérience unique, dans laquelle l’art devient un véritable pont spirituel entre les festivaliers.

Un lac transparent et une forêt verdoyante vous accueilleront du 1er au 5 août dans une réserve naturelle Polonaise ou résonneront sans s'interrompre techno, trance, ambient et minimale. Seuls deux noms ont été dévoilés : Extrawelt et Sonja Moonear. Mais au vu de la programmation de l’année dernière, les doutes sur l’édition 2019 ne sont pas permis. Courtesy, FJAAK, Dorisburg, Ricardo Villalobos, La Fraicheur, Doubting Thomas, Seth Troxler ou encore DSV1 étaient en effet déjà de la partie, aux côtés de dizaines d’autres artistes.

Musique de qualité, convivialité, écologie et spiritualité sont les maîtres mots de ce voyage hors du commun qui changera peut-être votre vision du festival à tout jamais.

Atonal
Retour vers le futur

Se rendre à l’Atonal, c’est quitter 2019 pour 2153 le temps de quelques jours. L’ancienne centrale thermique Kraftwerk accueillera les festivaliers de Berlin et d’ailleurs du 28 août au 1er Septembre. Le concept : mettre en lumière arts visuels et prestations expérimentales, pour repousser toujours plus loin les limites du possible. Il faut dire que le festival a fait du chemin depuis 1982 : d’abord expérimental et très underground, il a depuis réussi à s’imposer comme une institution, sans rien perdre de son génie en terme de programmation. La promesse de l’Atonal est simple : vous verrez là-bas ce que vous ne verrez jamais ailleurs. Chaque artiste prépare un live pour faire tomber les limites du possible, en terme de musique comme de visuel.

L’année dernière, Lanark Artefax et son cube lumineux, Helena Hauff ou encore Simo Cell et Low Jack réunis sur la même scène ont fait halluciner tous les festivaliers. Côté stages, l’Atonal frappe encore très fort. Disposant de 5 scènes en roulement entre 18 heures et 10 heures du matin, il permet d’alterner entre différentes ambiances, dansantes ou non, sans même changer de lieu. Cherchant aussi à développer la curiosité de leurs festivaliers sur des domaines autres que la musique, l’Atonal explose de nombreuses oeuvres visuelles, toutes plus hallucinantes les unes que les autres.

Nyege Nyege
Avant-garde au bord du Nil Blanc

Le festival fête ses cinq bougies cette année, et son objectif reste le même : faire rayonner la musique underground du continent africain à l’international. Le Nyege Nyege prendra place du 5 au 8 septembre dans un parc botanique à proximité du Nil Blanc. Sur place, 5 scènes aux univers distincts, plus de 200 artistes, et une promesse : vous faire danser jusqu’à en avoir mal aux pieds. Nyege Nyege signifie littéralement “Le sentiment d’un besoin incontrôlable de danser” en Ougandais.

Et le festival semble bien tenir son engagement. Mixant avec une aisance certaine musique traditionnelle Est-Africaine, hip-hop et musiques électroniques, le lineup est à la fois d’une richesse extravagante et d’un groove déconcertant. L’année dernière, la rappeuse Sho Madjozi, DJ Kampire, le duo Giant Swan, Juliana Huxtable et beaucoup d’autres ont donné de leur personne pour rendre l’événement inoubliable. Quand à l’ambiance et à la connexion entre artistes et festivaliers, les chiffres parlent d’eux même : ils étaient 5000 à se lancer dans l’aventure en 2017, et le double l’année dernière.

Le festival offre aussi une bulle d’air et de liberté à la population locale : dans un pays où l’homosexualité est encore illégale, le Nyege Nyege se positionne pour défendre les valeurs de paix, de respect et de joie. Pour donner aux jeunes la possibilité d’être vraiment eux même 4 jours durant. L’événement se revendique par les Africains, pour les Africains, mais aussi pour tous les passionnés de musique du monde entier.

Nova Batida
Para a cultura

Vous hésitiez entre un festival et un séjour culturel ? Nova Batida combine les deux, sous le soleil de Lisbonne. Plus qu’un simple rendez-vous musical, le festival se pose en véritable centralisation de la culture. Du 13 au 15 Septembre, lancez-vous dans une aventure de 3 jours de musique, d’art, de sport, de gastronomie, de discussions et d’ateliers en tout genre. Tout ça au coeur de la ville la plus ensoleillée d’Europe.

Niveau line up, le Nova Batida redouble d’excellence, deuxième édition oblige. La folktronica de Four Tet, l’electro de Floating Points, la soul de Jordan Rakei, la techno de Midland ou la house de Jayda G : éclectisme et excellence sont les mots d’ordre de l’édition 2019.

Ce qui fait sa grande différence et sa force est qu’il ne se cantonne pas à un endroit précis et clos. Entre collaborations avec des restaurants typiques, cours de surf ou encore after parties, il incite ses festivaliers à s’ouvrir et à se laisser imprégner par l’essence de Lisbonne. Le Nova Batida incarne alors non seulement un festival de qualité, mais aussi un véritable voyage riche de sens et de découvertes.

Houghton
Le goût des choses simples (et efficaces)

Le Houghton se revendique comme un festival de musique. Ni plus, ni moins. Loin de chercher à se transformer en parc d’attraction ou en club de vacances géant, l’événement a pour but de remettre la musique au centre du débat en toute simplicité. Du 8 au 11 août, les festivaliers sont donc attendu dans la campagne de Norfolk, à proximité de Londres, pour 4 jours de liberté.

Sur le site du festival : pas d'extravagance, et peu de réseau. Mais une ambiance et une synergie enviée par tous les événements à la ronde. Les artistes et les festivaliers sont tous mis sur un pied d’égalité, créant ainsi un véritable moment d’osmose. “Les artistes, les DJs et les musiciens sont présentés avec méritocratie et égalité. Tous les artistes ont ainsi leur chance de briller.” Craig Richards

La ‘rave’ propose une line-up pour le moins XXL : Ben UFO, Roman Flügel, Seth Troxler, Palms Trx, Midland, Calibre, Shanti Celeste et des centaines d’autres se succéderont au milieu des bois pendant ces 4 jours. De la bonne musique et une ambiance folle dans un décor brut de décoffrage : la combinaison ultime d’un festival réussi, et de souvenirs qu’on vous promet inoubliables.

Bel Air
Le planet friendly

C’est dans l’amphithéâtre champêtre de Saint-Araille, à une heure de Toulouse, que se tiendra du 5 au 7 juillet le Bel Air Festival. Sa particularité ? Jouer à fond la carte du local. De la gastronomie aux artistes invités en passant par les infrastructures, le festival Toulousain s’est lancé un pari fou : avoir un impact maximum sur le rayonnement de leur région, tout en ayant un impact minimal sur la planète.

Côté line up, la scène underground locale est mise en lumière, notamment avec la présence d’Umwelt et de Mayeul. A ça viennent s’ajouter les noms de Lazare Hoche, du breton Dj Steaw, des deux frères Chaos in the CBD ou encore de Falhaber. Entre house et techno, terroir et audace, elle tient déjà toutes ses promesses.

La ville rose met également un point d’honneur à faire du Bel Air un festival éco responsable : consommation locale et circuits courts, préservation de la faune locale, valorisation des déchets organiques, vaisselles réutilisables, ateliers et conférences de sensibilisation. Rien n’est laissé au hasard pour diminuer au maximum l’impact des festivaliers, tout en mettant à leur disposition des prestations qualitatives. Tout ça dans l’ambiance chaleureuse et authentique de nos amis sudistes. Le rendez-vous est pris.

The Djoon Experience
La dolce vita les pieds dans l’eau

Cinq ans que le Djoon a ouvert ses portes : véritable temple de la house, le club met un point d’honneur à mettre en lumière la soulful music sous toutes ses formes. Djoon a grandement contribué à introduire la house dans la capitale française, en faisant par exemple jouer Louie Vega, Terrence Parker ou Black Coffee pour la première fois en France.

Pour fêter ce joli anniversaire, Djoon a vu les choses en grand. Le festival se délocalisera comme les éditions précédentes sur la petite île de sicilienne de Favignana. Mais cette fois, c’est le site de Tonnara Di Favignana, ancienne usine devenue musée, qui accueillera l’événement. Du 4 au 7 juillet, rendez-vous en terre italienne pour quatre jours de house, de funk, de disco et d’afro au paradis.

Entre le boat club, la plage et la tonnara, c’est une vingtaine d’artistes internationaux qui défileront pour vous en mettre plein les oreilles. Demuja, Jus-Ed, Rich Medina, Byron The Aquarius, Afshin ou encore Boddhi Satva font partie de l’aventure. Et ce n’est pas le prix tout doux qui va freiner vos ardeurs, puisque les billets commencent à 60 euros. On prépare donc son maillot de bain, sa crème solaire et ses boule Quies, et andiamo !

Bordeaux Open Air
Faire la fête même (surtout) le dimanche

Autre format, même ambiance. Le Bordeaux Open Air Festival vient réveiller la belle endormie du 30 juin au 29 septembre, à mesure d’un dimanche par semaine. Sa mission : rassembler les gens autour de la musique, et ainsi briser le cloisonnement social de la ville.

Multi sites, le festival prendra ses marques dans tous les meilleurs spots Bordelais : jardins et parcs deviendront le temps d’une journée des dancefloors à ciel ouvert, 10 dimanches consécutifs. Plus qu’un énième festival de musique électronique, le BOA se veut aussi investigateur d’un lien social entre tous les Bordelais. Des ateliers sont mis en place pour rassembler les gens et leur faire découvrir le vivre ensemble autrement. Au rendez-vous : Initiations au break-dance, à la danse orientale, au MAO (musique assistée par ordinateur) ou encore confection d’une fresque participative.

Côté musique, le BOA s’attelle à vous faire voyager autour du monde, sans quitter la ville. Le festival est allé chercher le meilleur de la musique électronique sur tous les continents, de Johannesburg à Tokyo, et New York à São Paulo. De la deep house made in Australia de Harvey Sutherlan au brazilian disco de Trepanado ou la synth pop d’Acid Child : reposez vous le samedi, c’est le dimanche que tout se passe à Bordeaux.

Next Page
Loading...
Loading...