Search Show Menu
Home Latest News Menu
Magazine

​Johnkôôl Records : « Quelqu'un qui se plaint de mauvaise musique aujourd'hui, c'est quelqu'un qui ne sait pas chercher la musique qu'il aime »

L'écurie d'artistes expérimentaux dévoile une mixtape exclusive.

  • Camille-Leonor Darthout
  • 24 July 2017

Les chemins de Colin Johnco et de DJ Kôôl (du Collectif sin~) se sont croisé dans le 20e arrondissement de Paris. Avec des attraits musicaux communs - une musique électronique expérimentale et décadente - la collaboration de ces deux DJs passionnés voit le jour. Comme une évidence, entre deux amis qui se prêtent volontier les rôles de frères spirituels. Ce projet, c’est Johnkôôl Records, un label libre dédié à une musique atypique, inconnue et innovante. La musique expérimentale offre une vision plurilatérale. Une interprétation personnelle que les garçons veulent promouvoir et développer au travers de leur label. Comme un pied de nez à ce qui se fait déjà ici et la, sur la scène parisienne comme partout dans le monde. Une ode aux artistes adulés par ces deux diggers invétérés.

Colin et Quentin présentent une mixtape inédite, Coucou c'est nous Volume 3, et racontent Johnkôôl Records, leur musique, leur rencontre.

Comment on se passionne de musique expérimentale ? Ça découle d'un ras le bol de ce qui se fait déjà ? Ou d'une envie de produire quelque chose de complètement différent ?

Colin : Je ne le vois pas comme un ras le bol mais plutôt comme un besoin d'aller plus loin. Ça commence par un besoin inexplicable de découvrir de nouvelles sonorités, de nouveaux genres musicaux. Faire sa propre sélection et commencer à trouver ses propres repères. Tu en penses quoi Kôôl ?

Quentin : Je suis d'accord avec Colin, le ras le bol... Si un petit peu, ça donne de l'énergie de faire quelque chose en réaction à ce que tu n'aimes pas... Mais c'est pas vraiment notre dynamique. En fait le contexte de création et de diffusion du son à Paris a été notre point de départ à Colin et moi, et bien souvent on a commencé à jouer tard dans des squats... On avait aucun intérêt à se lancer dans de la musique formatée ou commercial, ou ayant pour but de faire vendre de l'alcool à beaucoup de gens et maintenir une ambiance festive... On a donc commencé par s'intéresser au son en soi. On est pas comme des élèves du conservatoire qui auraient besoin de désapprendre leurs mauvaises habitudes de bons élèves... Comme la plupart des musiciens aujourd'hui dans la musique électronique et amplifiée...

Colin : La musique en général, comme les mathématiques ont un côté hyper rassurant, se passionner pour la musique expérimentale c'est vouloir remettre en question les préjugés et s'intéresser au fonctionnement des artistes, auteurs/compositeurs et de leurs pratiques de plus près. Ensuite il y a le passage à l'acte et pour ma part c'est venu d'une envie d'entendre quelque chose de complètement différent. De créer de nouveaux instruments de musique avec de nouvelles sonorités. Les premières musiques expérimentales que j'ai entendues, c'était par mon père Jean-Dominique Benderitter. Je lui dois beaucoup, si ce n'est tout ! De la musique classique à la musique concrète, de la musique baroque au jazz et au rock, j'ai grandi avec une bande sonore qui allait de Luciano Berio à Otis Reddingen passant de Pierre Henry à Soft Machine, The Doors, The Beatles, The Jazz Messengers... La musique expérimentale est présente dans tous les styles musicaux et ne peut pas s'apparenter à un genre spécifique. Elle est par définition insondable. C'est le monde qui se questionne, c'est croire dans l'infinité de créer et accepter que beaucoup de choses ont déjà été faite.

Quentin : Et moi c'est Colin qui m'a fait écouté beaucoup de musique. Mais de tout : je me suis passionné pour Throbbing Gristle et le charisme de Genesis P-Orridge autant que la vibe super douce de Tribe Called Quest. En fait je crois même que je me suis intéressé à la musique "mainstream" un peu plus tard.. J'ai redécouvert la pop de mon enfance, et j'ai fini par accepter que Rihanna pouvait être un projet musical intéressant, ou plutôt le R'n'B en général.. Comme disait Colin aucun genre musical n'échappe à la possibilité d'être expérimental... il suffit juste de comprendre le contexte de chacune de ces musiques et en fait, il y a rien a critiquer vraiment je crois... L'intention de départ?.. bof même pas. Si une musique ne convient pas il suffit d'aller écouter quelque chose qui nous plait, et laisser celle-ci à ceux qui aiment. Je pense qu'on est arrivé trop loin dans l'Histoire pour croire qu'il y a encore une norme et des trucs "différents"... Tout est différent. Il y a tellement de musique produite partout sur terre toute la journée. Des micros mouvements qui se montent et se démontent à une vitesse dingue, profitant d'internet pour exister... C'est tellement fascinant... Je pense que quelqu'un qui se plaint de mauvaise musique aujourd'hui, c'est quelqu'un qui ne sait pas chercher la musique qu'il aime.

Vous avez tous les deux des parcours musicaux binaires et avez sûrement rencontré beaucoup de personnes dans la musique. Pourquoi c'est ensemble que vous avez voulu collaborer ? Qu'est ce qui vous a poussé l'un vers l'autre ? Une anecdote sur votre rencontre ?

Colin : On s'est rencontré y’a des années, à l'époque j'avais monté LEEP avec les 2 Camille, Camille Blatrix et Camille Blin, qui s'est transformé en LEEP/CJC records. Au moment où l'on s'est rencontré avec Quentin il était étudiant à l'ENSCI et je fabriquais mes machines dans mon atelier. Quentin passait souvent et on discutait d'installations sonores et de développer de nouvelles manières d'interagir avec la musique. Il m'a présenté ses amis et on a vite décidé de sortir le disque, "Sous Contrôle TV" du Collectif Sin~. A l'époque j'étais passionné par le feedback et les drones et je tombe sur ce mec qui devient peu à peu un vrai frère spirituel. Ce moment quand tu n'as pas besoin de parler pour comprendre l'autre. On a partagé des tonnes de concerts ensemble et on s'est tout les deux concentrés sur nos projets respectifs avant de lancer l'aventure Johnkôôl Records. Ce label est foisonnant de talents et découvre un peu mieux chaque jour comment va sonner la prochaine sortie Johnkôôl Records. Nous sommes basés à Paris mais nos influences viennent de partout.

Quentin : En 2010, Colin avait monté ce festival de musique drone dans plusieurs lieux parisiens.. La Java, le passage Choiseul, la Société des Curiosités quand elle était encore à Oberkampf.. Et m'avait missionné sur la soirée de clôture. On a pris ça en main avec mon colloc et ami Erwan Evin, notre vieux copain Paul Boudeau... Et Flavien Berger avec qui je passais pratiquement tout mon temps à l'époque, on était à l'école ensemble.. On se retrouvait tous pour découvrir le son, l'électronique, les ordinateurs, Pure Data... On accompagnait nos premiers trips aux champignons d'effets audio appliqués sur l'ambiance sonore de notre appartement... Tu pouvais retrouver la voix de Paul en train de parler dans la salle de bain, amplifiée dans la cuisine avec un effet d'écho... Ce moment ou l'émulation de groupe te permet d'entrevoir une infinité de possibilités géniales. Et Bim ! ça a donné le collectif sin~. Une entité toujours bien active avec lequel on expérimente toujours autant. Aujourd'hui on a un Sound System qui s'appelle BB, et plein de machines pour créer des scénographies interactives et lumineuses. À l'image du projet du label Johnkôôl Records on s'autonomise. On prend en main les choses pour pouvoir maîtriser ce que l'on produit de A à Z. On s'occupe de nous tous ensemble. Je passe beaucoup de temps à comprendre le milieu juridique et administratif pour permettre au label comme au collectif de rester libre. Et c'est justement parce que ces projets ont des tendances expérimentales, avec une visée commerciale pas tout à fait évidente, qu'il faut s'armer pour leur permettre d'exister.

Tracklist mixtape :

James Darle - Placerisation (Losange Remix)

Dj Call Me - Face To Face

Oren Ambarchi - Hubris pt.3

10LEC6 - Bedjem Mebok (Full Circle Remix)

Marvin & Guy - The Train Of Fantastic (Fantastic Twins One More Ride)

Greita - Plastic Salon

James Darle - Adios

Salopecia - Philomena (Feat. Lise Borel)

Antoine80 - A04

Morten Grønvad - Nice Talking To You

Load the next article...
Loading...
Loading...