Search Show Menu
Home Latest News Menu
Listes

Les moments les plus Ricardo de la carrière de Villalobos

D’une manière ou d’une autre, on a réussi à n’en sélectionner que dix

  • La rédaction
  • 28 November 2017

Ricardo Villalobos est un don du ciel fait à la scène électronique, qui plus est un qui ne cesse de nous surprendre. Il a ravi les fans avec des heures interminables de sons magnifiques, ses DJs sets sont des triomphes. Et chaque fois que l’on réussi à avoir un aperçu de l’homme qui se cache derrière l’artiste, c’est généralement une expérience captivante.

Et même s’il n’utilise pas Internet, sa présence en ligne est considérable. Nous avons fouillé tous les recoins du web pour sélectionner les dix moments les plus représentatifs de la carrière du maestro germano-chillien.

Le mystérieux documentaire ‘Villalobos’ sorti en 2009, que presque personne n’a vu

Ricardo est l’une des figures les plus énigmatiques de la scène électronique, et une chose qui ajoute encore au mystère est paradoxalement celle qui aurait dû le démystifier. En 2009, le metteur en scène Romuald Karmakar a tourné un film documentaire intitulé Villalobos, décrit sur IMDB comme « un regard sur la vie et la carrière du DJ chilien Ricardo Villalobos ». Mais voilà, le film n’est disponible en streaming ou téléchargement nulle part, et ne semble pas avoir fait son apparition sur les écrans en dehors d’une séance au festival du Film de Venise. Les fans l’ont réclamé à cor et à cri, sans effet aucun, et il faut se faire une raison : on n’aura sans doute jamais ce plaisir.

On trouve quelques chroniques en ligne, pour le moins mitigées. Le site espagnol Otros Cines le décrit comme un « chef d’œuvre » et Sight & Sound comme « un voyage brillant dans l’âme de la musique et du rythme. » Cependant, selon un utilisateur d’IMDB, ce serait plutôt « un des films les plus maladroits et amateurs de ces dernières années », et dans la même veine, le critique de Rich On Film dit que c’est « sans doute la pire chose que j’ai jamais vue à un festival de cinéma », affirmant même assez vigoureusement : « ne le regardez pas ! Pitié ! Pour l’amour de Dieu, laissez moi vous rendre ce service. » Nous voilà bien intrigués.

Se pointer à l’avant-première d’un autre film dans une barboteuse à motif

En général, les avant-premières de films sont des événements relativement formels; il s’agit après tout de célébrer le coup d’envoi du résultat d'un dur labeur de l’équipe et des acteurs. Naturellement, quand le documentaire feat. Villalobos If I Think Of Germany At Night passe en salles pour la première fois au Festival International du Film de Berlin, il se pointe en combi bleue à nuages, avec une banane pour la petite touche classe du look. Mais c’est bien la veste de costard qui fait tout. Ouverte, déboutonnée, elle a l’air d’avoir été jetée sur ses épaules à la dernière minute. On imagine bien Ricardo s’apprêtant à sortir de chez lui, marquer une pause devant son miroir en pensant : « Peut-être que je devrais faire un petit effort d’élégance pour cette première internationale? Et puis merde, un blazer par dessus ce glorieux pyjama fera bien l’affaire ». Ricardo, on t’aime.

Suite ci-dessous.

Next Page »
Loading...
Loading...