Search Show Menu
Home Latest News Menu
Mag

Moby raconte son apocalypse personnelle et celle du monde

Immeubles en feu, tempêtes et nuages sombres

  • Thomas Andrei
  • 14 March 2018

À quelques jours de la sortie de son 15ème album, Everything Was Beautiful and Nothing Hurt, Moby supervise la destruction de sa piscine, dans son jardin de Los Angeles. “Je ne l’utilise jamais, lâche-t-il, à moitié fier. Alors je la fais enlever pour pouvoir y planter des arbres et avoir ma mini-forêt. Et des plantes que les abeilles et les colibris apprécient. Plutôt qu’un trou de béton dans le sol rempli d’eau.” Évidemment, ses amis ne comprennent pas trop. Comme personne ne semble trop comprendre Moby, qui se sent toujours comme un alien parmi les hommes. Il faut dire que les sujets qu’il aborde, dans la vie comme sur l’album, ne sont pas les plus légers : tempêtes métaphoriques, mort et surtout, l’apocalypse. Qu’elle soit en lui ou, comme il semble le penser, déjà en train en train d’arriver à l’espèce humaine. Dans tout ça, il parvient à voir de la beauté. Ce qui fait que, malgré son âge et sa longue carrière, Moby émeut encore.

Vous vous sentez chez vous, à Los Angeles ?

Yeah. Tu sais… (Il lâche un petit rire et réfléchit) Los Angeles est un endroit déroutant. C’est une collection de villes de banlieues étranges, combinées en une énorme entité. Il n’y a pas de cohésion comme à Paris. La pluie me manque beaucoup. (Il rit) Quand je vivais à New York, le froid et la pluie me rendaient fou. Mais maintenant que je vis dans le sud de la Californie, je me prends à rêver de ciel gris et de pluie. Cela reste un endroit fascinant. David Lynch (Moby apparaît dans la dernière saison de Twin Peaks, ndlr) vit ici. David Fincher, aussi. Il y a quelque chose ici qui nourrit l’étrangeté créative. Nous évoluons dans une époque confuse, dans un monde brisé. Alors pourquoi ne pas vivre dans une ville confuse et brisée ?

Votre album évoque pluie, tempêtes et nuages sombres. Quelle tempête dont vous avez été témoin vous a le plus marqué ?

Ici, à Los Angeles, il y a un laboratoire scientifique, en haut d'une montagne, où Einstein a travaillé. Un jour, j’y suis allé avec ma voiture électrique toute neuve, juste avant qu’une énorme tempête ne frappe Los Angeles. J’étais en haut et ma voiture est tombée en panne. On peut voir à 100 kilomètres à la ronde. Je me souviens de voir les nuages arriver et de me dire : « Je risque de mourir ici. » Tout était fermé à cause de la tempête. J’étais à deux jours à pied de la ville. Je n’avais rien à manger et pas de vêtements chauds. Je trouvais ça intéressant de mourir à cause d’une tempête dans une des plus grandes villes du monde. Ma voiture a fini par démarrer. Mais voir ce mur de tempête s’avancer vers moi, c’était terrifiant. Et spectaculaire.

Suite ci-dessous.

Next Page »
Loading...
Loading...