Search Menu
Home Latest News Menu
News

Burning Man veut bannir les influencers et les campings de luxe

La culture VIP dans le collimateur

  • Marie-Charlotte Dapoigny
  • 13 February 2019

Trop, c’est trop. Face à l’explosion de la culture VIP et du marketing débridé qui se sont emparé de sa fameuse Playa, le projet Burning Man tape du poing sur la table du consumérisme et veut remettre les pendules à l’heure.

Ancien bastion de la culture hippie, Burning Man est devenu au fil des ans un incontournable du calendrier de la pop culture, alimentant tous les fantasmes avec ses installations fantasmagoriques, ses sound camps et son line-up XXL.

Bien loin des idéaux originels de ses organisateurs, l’événement et son décor pittoresque sont devenu un terrain de jeu pour adultes, où les plus fortunés dépensent des sommes exorbitantes. Malgré lui, le rendez-vous s’est transformé en plateforme marketing, où sociétés et influenceurs de tous poils font de la pub, vendent et lancent des produits sans vergogne.

Des attitudes qui énervent ses fondateurs. Dans un nouveau communiqué publié par Marian Goodell, CEO de l’organisme à but non-lucratif du Burning Man Project, l’événement affirme sa volonté de prendre ses distances face à ce type de comportements avec une « correction de trajectoire culturelle ».

« Que ce soient les photoshoots commerciaux, les placements de produits ou les posts Instagram remerciant des “amis” pour un objet utile, les participants, dont des mannequins et des “influencers” des réseaux sociaux portent et taguent des marques dans leurs photos de la Playa. Ça veut dire qu’ils utilisent Black Rock City pour accroître leur popularité ; pour appeler aux instincts des consommateurs et vendre plus de “trucs” », elle écrit.

« Notre incapacité à expliquer quel type de comportement est inacceptable n’a fait qu’amplifier le problème. J’ai récemment entendu parler de plus d’un lancement de produit ou de sociétés qui se sont déroulés à la Playa en 2018. Sérieusement, les gens. Ce n’est pas du tout Burning Man. »

Elle pointe du doigt le problème des « campings de luxe » offerts sur place, soulignant que cet aspect de l’expérience Burning Man relève de l’investissement de chaque individu en terme de temps, d’énergie et de créativité pour pouvoir participer à l’événement. « Burning Man n’est pas un festival », elle défend. « L’invitation à participer est plus qu’une invitation à passer du bon temps. Il s’agit de CRÉER cette expérience pour vous-mêmes et ceux qui vous entourent ».

Elle encourage également les participants à éviter les offres toutes inclusives – le typique transport et hébergement – et à signaler ceux-ci aux organisateurs. Le public est invité à se montrer vigilant, les spectateurs à s’inviter mutuellement à respecter l’idéologie du festival.

Pour parer à ces différents problèmes, Burning Man a changé son système de billetterie cette année avec davantage d’allocations de tickets réservés aux faibles revenus et un ajustement du prix et du nombre de billets des plus chers, revu à la baisse. Le but : soutenir la diversité socio-économique et peut-être, à long-terme, refaire un pas vers l’authenticité de ses débuts.

@MarieDapoigny

Load the next article
Loading...
Loading...