Search Menu
Home Latest News Menu
Live Report

Avec Jeff Mills, Molecule et Steve Reich, Marathon! 2018 a célébré les génies du live électronique

6h de live sans interruption pour naviguer entre les ambiances

  • Contenu Partenaire / Photos : Marie-Charlotte Dapoigny
  • 11 December 2018

Le 1er décembre dernier se tenait la cinquième édition de la soirée parisienne culte Marathon!. Une nouvelle édition qui mettait en scène le live dans tous ses états, dans le sublime cadre de la Gaîté Lyrique, entre salle de concert et foyer historique.

La cinquième soirée Marathon! s’est jouée à guichet fermé. Il n’y avait plus une minute sans musique au lancement des festivités à 18h30. La salle principale, le foyer historique et le hall étaient tour à tour investis par les artistes de tous horizons conviés à présenter leur projet musical, entre électronique et show instrumental. Tandis que Renart lançait les hostilités avec un live techno tantôt expérimental, tantôt aux frontières du hardcore, le pianiste Nicolas Horvath prenait tranquillement le relais sur son piano à queue, avec des performances majestueuses dans le foyer historique.

Molécule a offert un vrai show, une performance audiovisuelle incroyable à la fois immersive, dansante, mentale. Un voyage au Groenland très justement mis en scène. Le public siffle sa joie et ses remerciements. Le cerveau se déconnecte et le corps se balance mais les lumières se rallument et déjà, les premiers échos de batterie du duo Deux Boules Vanilles retentissent. L’énergie du duo, qui déclenche des synthétiseurs analogiques en frappant sur ses tambours, est à contre-courant de l’ambiance mélancolique orchestrée par Nicolas Horvath, qui s'attelle cette fois aux œuvres de Philip Glass.

Le retour dans la Grande Salle dévoile une multitude d’instruments minutieusement installés. Ensemble Links entame la reprise de l'œuvre culte de Steve Reich, Music For 18 Musicians. Une balade sonique calme et planante avant la ligne droite finale. La TR-909 est installée devant une maquette en 2D de l'espace. Vêtu d’une veste argenté qui rappelle une couverture thermique de la NASA, Jeff Mills fait son entrée. Le visage fermé, la concentration au maximum. Le public s'extasie devant un des pères de la techno, à quelques mètres de la légende vivante. Les lumières oscillent entre bleu et rouge tandis que le live de Mills évolue entre acid et sonorités aliens. La techno résonne et à l’évidence, la soirée est brillamment conclue.

Au delà de sa programmation intelligente, Marathon! se distingue par la diffusion continue entre les salles de la Gaîté Lyrique, comme dans un festival. Une ambiance différente, façonnée pour chaque performance, permet à un public curieux de naviguer au gré des sonorités. La disposition des concerts offre la liberté du choix, sans condamner les performances d’un artiste en chevauchant les shows. L’heure est à l’écoute et à la découverte, l’organisation parfaitement maîtrisée. Marathon! a rendu un bel hommage à l'expérience live de la création musicale contemporaine.

Load the next article
Loading...
Loading...