Search Show Menu
Home Latest News Menu
Listes

10 tracks de légende qui ont samplé, remixé ou édité Aretha Franklin

Hommage à la reine de la soul

  • Joe Muggs
  • 20 August 2018

Aretha Franklin est décédée à l’âge de 76 ans. La communauté dance music et le monde de la musique pleurent la perte de la reine incontestée de la soul, qui a réussi, malgré son enfance difficile, à devenir une des artistes les plus talentueuses au monde.

Sa voix a marqué l’histoire de la dance music et a embrasé les dancefloors plusieurs décennies durant. Voici 10 tracks de légende qui ont samplé, remixé ou édité Aretha, avec deux originaux où sa voix accompagne l'énergie du disco à la perfection.

1
ARETHA FRANKLIN 'ROCK STEADY' (DANNY KRIVIT RE-EDIT)

Un des meilleurs re-edits de tous les temps, un moment après sa sortie en 2002 – des années plus tard – il était encore impossible de ne pas entendre ce titre en festival. Et il est bien possible qu’il fasse son grand retour. La pure dimension de ce rework spacieux, aux accents dub, plein de groove avec cette voix superbe forment une parfaite alchimie, un concentré de joie pure. Un coup de maître.

2
MOS DEF 'MS. FAT BOOTY'

Le hip hop doit sans doute beaucoup à Aretha, mais le plus souvent ce sont ses grooves et son piano qui son exploités ; peu ont eu l’audace de laisser sa voix prendre la place centrale. Mais en samplant ‘One Step Ahead’ – une chanson de 1965 sortie avant son succès planétaire – le producteur Ayatollah nous a livré un des plus beaux grooves funk de l’histoire du genre et certainement un des tracks qui ont fait la réputation de Mos Def (désormais Yasin Bey). Le même refrain a également été utilisé par High Contrast dans son hit d’n’b ‘Remind Me’ – sans doute une référence à ‘Ms Fat Booty’.

3
ARETHA FRANKLIN 'A DEEPER LOVE' (C+C MUSIC FACTORY MIX)

L’original de C+C Music Factory était déjà un des plus gros tubes de l’ère des divas house. Avec l’honneur ultime d’une cover de la Queen of Soul, C+C a naturellement remisé sa version en un nouveau monstre house ravageur de dancefloor – 12 minutes au total de gloire absolue, frissons garantis. L’a cappella a été réutilisé sur le ‘Struggle’ de Tinush et a généré plusieurs dizaines de million de streams. Un morceau deep house certes impressionnant, mais ça vaut bien la peine de remonter à la source pour une bonne dose de pure jouissance, les bras en l’air.

4
FLOORPLAN 'NEVER GROW OLD' (RE-PLANT)

Si vous lisez mixmag régulièrement et ne connaissez pas ce titre, QUEL EST VOTRE PROBLÈME, AU JUSTE ? Avec un des plus gros titres house underground des années 2010, la légende techno de Detroit Robert Hood a travaillé avec toute l’audace requise pour découper et manipuler la voix d’Aretha, mais aussi la dévotion et la spiritualité de son original gospel, ce qui donne ce résultat si rare – un morceau omniprésent dont on n’arrive pas à se lasser.

5
ARETHA FRANKLIN 'JUMP TO IT' (EXTENDED VERSION)

Une petite perle de perfection boogie de 1982, produite et co-écrite par le grand Luther Vandross. Difficile de trouver meilleure description que celle de ce commentaire YouTube qui le résume ainsi : « La bassline de Marcus Miller, Nat Adderley Jr au piano avec Luther partout et Aretha au-dessus ! Un groove infini ! »

6
GERSHON JACKSON 'TAKE IT EASY' (MIKE DUNN'S BLACKBALL EZEE MIXX)

En samplant le groove addictif de ‘Chain of Fools’, les autres mixes de ce récent projet Strictly Rhythm sont tous plus prévisibles les uns que les autres. À l’exception de celui du génie de la house Mike “Freaky MF” Dunn, qui se concentre sur l’essentiel – et voilà un trésor de simplicité dans le pur style de Chicago, grosse bassline à la clef.

7
ARETHA FRANKLIN 'I SAY A LITTLE PRAYER' (DIMITRI FROM PARIS RE-EDIT)

De nombreuses chansons enregistrées à la fin des années 60, alors que la carrière d’Aretha était en pleine explosion, forment un stock important de titres parfaits pour les fins de soirées, sans fioritures, et l’original ‘I Say A Little Prayer’ a certainement accompagné plus d’un closing de festival. Mais s’il y a bien un homme à qui on peut faire confiance pour remanier un classique avec la bonne dose de vernis club sans détruire son essence, c’est notre Dimitri national et à cette occasion, il a bien rempli son contrat.

8
ELECTRIC CHOC 'SHOCK THE BEAT'

Pour faire simple, c’est un des meilleurs tracks rave de tous les temps – le roi des bangers à piano italiens, une ère où les tracks de ce genre envoyaient planer des dizaines de milliers de fêtards à Manchester, Blackburn et Macclesfield tous les weekends. Avec son double effet Kiss Cool : d’abord quand ce riff de piano démarre, et puis quand l’impro vocale d’Aretha – samplée de son hit pop de 1985, ‘Who’s Zoomin’ Who’ – fait son arrivée, et monte… et monte… et monte encore. Si ce style de construction pourrait être qualifiée de cheesy par certains, dans le feu de l’action sur le dancefloor c’est une expérience spirituelle à part entière.

9
CAM'RON FEAT TIFFANY 'DAY DREAMING'

Même les gansters ont besoin d’un petit break loin des balles et de la fanfaronnade, et quelle meilleure façon de lâcher du lest que de reprendre une légendaire ballade d’Anetha et de se mettre en mode lover ? Sur ce titre, Killa Cam s’épanche sur de larges sections du titre d’Aretha du même nom – un classique du genre sensitive thug et un incontournable des soirées BBQ estivales qui n’a pas pris une ride.

10
ARETHA FRANKLIN - ALMIGHTY FIRE (WOMAN OF THE FUTURE)

À la différence des stars soul de sa génération, Aretha n’a pas vraiment surfé la vague disco. Son album de 1978 Almighty Fire a un peu flirté avec le genre et a été un échec commercial, ce qui est bien dommage au vu des pépites funk qu’il contient, à l’exemple de ce single éponyme. On ne peut que rêver de ce que des collaborations avec Chic ou d’autres divas disco auraient pu donner si elle s’était rapprochée de la scène. En leur absence, il nous reste tout de même ce titre à savourer.

Joe Muggs est journaliste freelance et contributeur régulier à Mixmag. Suivez-le sur Twitter ici.

Next »
Loading...
Loading...