Search Menu
Home Latest News Menu
News

Computer grrrls, une expo pour remettre les femmes au centre de l’histoire des technologies

Exposition, débats, et DJs sets pour réhabiliter le rôle des femmes

  • Sarah Pince
  • 15 March 2019
Computer grrrls, une expo pour remettre les femmes au centre de l’histoire des technologies

« Et si les ordinateurs étaient des ordinatrices ? » Une question qui peut paraître loufoque, mais qui soulève une question beaucoup plus sérieuse qui mérite réflexion : quelle est la place de la femme dans l’histoire des nouvelles technologies ? Cette question peu traitée fera l’objet d’une exposition jusqu’au 14 juillet à la Gaîté Lyrique.

Si l'avènement du numérique et des nouvelles technologies a vu naître un certain modèle de société utopique et égalitaire, force est de constater qu’il a fini par ré-encoder les inégalités sociales présentes IRL. Dans l’imaginaire commun, tout ce qui touche aux nouvelles technologies et au numérique est assigné aux hommes et à la masculinité.

Computer Grrrls, en coproduction avec le musée d’art numérique Hartware MedienKunstVerein de Dortmund en Allemagne et inspirée du groupe punk et féministe des années 1990 Riot Grrrls, tentera de déconstruire ces récits à travers le prisme du cyberféminisme.

Des enjeux de société comme le colonialisme numérique, la place des minorités sur Internet ou les biais sexistes des algorithmes seront abordés au travers de l’histoire et des œuvres d’artistes chercheuses, hackeuses, entre installations vidéos et réalité virtuelle.

Cette relecture critique de l’histoire des technologies sera également animée par vingt-trois artistes et collectifs internationaux à travers une série de rencontres et DJs sets. Ce samedi, le collectif parisien Barbi(e)turix aura carte blanche pour une soirée de musiques expérimentales avec des lives et DJ sets notamment de Flore et RAG.

Plus d’informations sur l’événement facebook.

Photo en couverture : Extrait de la vidéo «Soft Nails ~ [ASMR] Kleincomputer Robotron KC87» de l'artiste allemande Nadia Buttendorf Nadia Buttendorf

Load the next article
Loading...
Loading...