Search Menu
Home Latest News Menu
News

La MDMA pourrait bientôt être utilisée dans le traitement de la schizophrénie et de l'autisme

Les sujets ont été observé jouant à un jeu vidéo comportant le dilemme du prisonnier

  • Camille-Léonor Darthout
  • 26 November 2018
La MDMA pourrait bientôt être utilisée dans le traitement de la schizophrénie et de l'autisme

De nouveaux effets de la MDMA ont été mis en lumière par une récente étude publiée dans le Journal of Neuroscience. Les résultats de cette enquête scientifique démontrent que la drogue pourrait aider les personnes souffrant de désordres sociaux liés à la confiance en augmentant la coopération et stimulant les zones dites sociales du cerveau.

Pour mener à bien cette étude, les chercheurs ont fait appel à 20 volontaires britanniques. Ils ont administré 100 mg de MDMA à la moitié d’entre eux et des placebos aux autres. Les sujets ont par la suite joué à un jeu vidéo dans lequel ils sont confrontés au dilemme du prisonnier : une situation dans laquelle deux individus ont tout intérêt à collaborer. Mais à défaut de communication entre eux, ils choisiront plutôt de trahir leur potentiel partenaire. Au cours de la partie, les sujets ont été interrogés sur leur confiance en leur partenaire et sur leur envie de coopérer ou de rivaliser avec eux. Ensuite, les sujets découvraient ce que l’autre personne avait dit sur eux et leur confiance était notée de 1 à 7.

L’objectif était d’examiner l’incidence de la MDMA sur le comportement décisionnel. Les scientifiques ont relevé que les sujets sous l’emprise de MDMA « trahis » par leur partenaire étaient plus enclin à accepter la situation et à continuer la partie. La molécule augmente en fait l’activité dans les parties du cerveau qui traitent les intentions des autres. Les réactions des individus sous MDMA ont surpris Anthony Gabay, qui s'est exprimé auprès du magazine anglais WIRED :

« De façon anecdotique, la MDMA est censée vous donner plus de compassion et d'amour pour tout le monde, alors j'ai été vraiment surpris (...) Mais nous avons constaté qu'il y avait en fait une différence de comportement en fonction des personnes avec lesquelles les gens interagissent. »

Les chercheurs ont ainsi conclu que l’administration d’une dose infime de MDMA permettrait de traiter des personnes souffrant de désordres sociaux rattachés à la confiance, comme la schizophrénie ou l’autisme.

La MDMA n’est plus qu'une affaire de dancefloor. Les premiers tests d’essais très prometteurs de la MDMA thérapeutique pour soigner le symptôme de stress post-traumatique portent à croire que la molécule pourrait bientôt faire son apparition sur le marché.

Load the next article
Loading...
Loading...