Search Menu
Home Latest News Menu

L’Atlas Electronic festival soutient la scène marocaine et dépasse les frontières

Pour créer du lien social et culturel en dansant et en pensant

  • Sarah P
  • 20 August 2019
L’Atlas Electronic festival soutient la scène marocaine et dépasse les frontières

Le week-end du 29 août au 1e septembre, l’Atlas Electronic festival rassemble des artistes et festivalier·ère·s du monde entier pour se rencontrer, jouer et collaborer au sein d’un programme transversal et pluridisciplinaire. Un événement pour penser et danser dans le plus grand complexe éco-responsable en terre cuite d’Afrique, la Villa Janna au coeur de l’Eden de la palmeraie de Marrakech.

Alors que les moyens de communication actuels permettent une abondance de l’information et de la connexion entre les individus à travers le globe, notre capacité et notre désir de se connecter les uns aux autres semblent cesser d’exister. Un paradoxe ancré dans notre société moderne mondialisée que le festival Atlas Electronic cherchera à questionner et peut-être faire disparaître à renfort de musique et de liens social et culturel.

Basée à Marrakech, la jeune organisation entend faire bouger les lignes avec un événement qui mélange une diversité de genres et de matériaux artistiques, au croisement entre les arts traditionnels et contemporains. En plus de la programmation musicale et artistique, des conférences rassembleront les nouvelles voix des champs créatifs nationaux et internationaux, pour réfléchir autour d’une problématique qui se trouve au centre de notre époque contemporaine : la migration. Il s’agira de questionner ses possibilités, ses limites et ses effets sur les différentes cultures du continent africain.

La question sera traitée à travers la diversité du programme avec un focus sur le Maroc, le reste de l’Afrique et le Moyen-Orient. A travers cet effort de réflexion, le but est d’inclure les artistes qui ne sont pas en possibilité de travailler, partager leurs idées et échanger. Pour rendre tout cela possible, l’organisation remboursera le visa des festivalier.ère.s. Dans un effort d’inclusivité, le festival déploie un lieu sûr pour tous les types de populations marginalisées. Main dans la main avec les diasporas et communauté locales, son but est d’impacter positivement la scène artistique internationale et locale, et offrir une alternative aux festivals de la culture dominante occidentale.

Cette année, le festival recevra une Boiler Room qui représentera la scène musicale marocaine à travers le monde grâce à un stream diffusé à l’international, dont des DJs et diverses performances traditionnelles en live. On retrouvera entre autres des performances du duo britannique Sicaria Sound, nouvelle relève de la dubstep, la Parisienne Louise Chen, co-fondatrice des soirées Girls Girls en 2012. Côté marocain, vous pourrez retrouver Kosh, le magicien live du label disruptif Casa Voyager, la jungle expérimentale et frénétique de Skotek, ou bien les mix house acidulés de Soraya.

Pour Esa et Kamaal Williams, cette édition 2019 marque leur retour spécial. En plus de leur performance, ils ont tous les deux été nommés curateurs d’une large partie du programme, du fait de leur proximité avec l’organisation et de leur connaissance de ses missions. Au-delà d’être une simple destination de festival, Atlas Electronic entend développer un lieu où l’échange mutuel de connaissances est la norme.

Plus d’informations sur l’événement facebook et sur le site officiel du festival.
Places à réserver sur la billetterie en ligne (50% des tickets sont réservés à la communauté locale, avec un rabais spécial)

Loading...
Loading...