Search Menu
Home Latest News Menu
News

Baziks, première plateforme de streaming musical dédiée à la scène africaine

Pour représenter les artistes du Congo

  • Camille-Léonor Darthout
  • 20 November 2018
Baziks, première plateforme de streaming musical dédiée à la scène africaine

Depuis un an, l’application de streaming Baziks est active, téléchargeable sur Android. Son concept, qui reprend les codes de notre Deezer national, ou encore d'un certain Spotify, vise la promotion des artistes congolais souvent trop peu ou mal représentés sur les plateformes occidentales.

« La musique congolaise n’est pas suffisamment mise en avant sur les grandes applications de streaming, comme Deezer ou Spotify. Le jour où Papa Wemba est décédé, pas une de ces applications n’est revenue sur sa carrière, personne n’a proposé des playlists à ces fans. » constate Baya Ciamala, instigateur de Baziks.

L’animateur radio de Kinshasa a pu mettre son projet à exécution en 2017, après avoir remporté le prix Musique lors de la première édition du Digital Lab Africa. Ce tremplin pour entrepreneurs africains est organisé par la coopération française et permet de récompenser dix projets dans les domaines du multimédia, de l’animation, du jeux vidéo, de la musique en ligne,de la réalité virtuelle et des contenu immersifs.

Si le projet était initialement à échelle multinationale, destiné toute l’Afrique entière, l’accompagnement à disposition des lauréats du Digital Lab Africa ont permis à Baya d’étoffer son projet, pour le moment dédié à la scène de La République du Congo.

« De la rumba traditionnelle aux jeunes talents de l’afro-urban, tous ont une place sur Baziks ! » affirme l’entrepreneur de 37 ans, qui développera la proposition de son application en 2019 avec une offre Premium.

Baziks obtient des chiffres encourageants de « plus de 300 artistes, soit 1 500 heures de musique, et compte déjà 10 000 abonnés ». Baya avait vu juste, avec une scène musicale actuelle aussi effervescente portée à l’étranger par des artistes de la diaspora comme Pierre Kwenders.
Load the next article
Loading...
Loading...