Search Menu
Home Latest News Menu
News

Royaume-Uni : un nouvel âge d'or des raves illégales ?

Plus de 680 événements sans licence ont eu lieu au Royaume-Uni et Pays de Galles

  • Camille-Léonor Darthout
  • 20 November 2018
Royaume-Uni : un nouvel âge d'or des raves illégales ?

Le Royaume-Uni aura t-il droit à un troisième Summer of Love ? Un nouveau rapport révèle que les raves illégales au Royaume-Uni ont augmenté de 9% entre 2016 et 2017. Elles auraient même doublé à Londres, depuis 2016.

En regroupant les réponses de 14 postes de police en Angleterre et au Pays de Galles grâce au droit à la liberté d’information, la chaîne d'information Sky News a découvert que 680 événements musicaux sans licence ont pris place au Royaume-Uni au cours de l’année 2017, soit une croissance significative par rapport aux 628 événements rapportés l’année précédente. Et seuls 14 des postes de police territoriaux ont rendu leur rapport, sur les 45 présents entre l’Angleterre et le Pays de Galle : le nombre réel de raves estimées dans le pays serait donc beaucoup plus important.

Ce nombre croissant de raves illégales est partiellement dû à l’augmentation des coûts sur les sites qui ont une licence événementielle. Selon les chiffres du cabinet de données CGA, le nombre de clubs de nuit londoniens a encore chuté de 8% entre 2014 et 2017. De moins en moins d’options de dancefloor sont accessibles aux promoteurs au sein et autour de la ville, alors les amateurs de raves se tournent vers des locaux plus clandestins pour organiser leurs soirées.

En mars, les services de renseignement de la police métropolitaine de l'unité SCO-36 ont constaté que le nombre de raves illégales à Londres avait presque doublé depuis 2016. En dépit du déploiement de forces pour stopper cette recrudescence, en élaborant une nouvelle tactique de surveillance par drones et une campagne de prévention sur « Comment dénicher les raves illégales », la police ne s’est pas montrée assez dissuasive auprès du public qui assiste à ces événements.

En s’installant dans la forêt, dans une usine de champignons ou un Toys ‘R’ Us abandonné, les raves illégales continuent de se multiplier, de prospérer et d’échapper aux griffes des autorités du pays.

« Si les clubs sont oppressés et forcés de fermer leurs portes ou d’augmenter leurs prix, les clients vont naturellement se diriger vers d'autres alternatives, qui se traduisent par les raves illégales », déclare la directrice générale de UK Hospitality, Kate Nicholls, dans une interview avec Sky News. « La raison derrière cette augmentation du nombre de raves illégales est complexe, mais va devenir de plus en plus préoccupante à mesure que les clubs vont devenir inaccessibles et ne vont plus faire de profit. »

Interrogé par Sky News sur la croissance des raves illégales, le Digital Editor de Mixmag UK Jeremy Abbott pense que la popularité de ces événements clandestins est une « tendance préoccupante ».

Il affirme : « Les clubs sont plus chers et il en va de même pour le prix des verres. D’un autre côté, il est de plus en plus facile de mettre la main sur de la drogue à Londres et la concentration des cachets d'ecstasy atteint des sommets historiques. »

« C’est une alternative facile aux clubs dans la ville et avec tous ces établissements contraints de fermer leurs portes, l’alternative se popularise. C’est évidemment inquiétant dans la mesure où la police n’est pas avertie et ne peut pas régulariser, les risques liés à la consommation de drogues sont donc très élevés. »

[via: Sky News]

[Photo: Time Out]

Load the next article
Loading...
Loading...